LS1 Index du Forum

LS1
Bienvenue dans un nouveau monde, un monde d'hypokhâgneux et de littérature, bienvenue en LS1 ...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Sparte

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LS1 Index du Forum -> Exposés -> Antiquité
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Matthias V


Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2012
Messages: 1

MessagePosté le: Sam 29 Déc - 01:57 (2012)    Sujet du message: Sparte Répondre en citant

Intro


Aujourd'hui, Athènes est présentée comme un modèle de démocratie, or Sparte était considérée comme l'idéal antique durant la Renaissance; Pourquoi alors s'intéresser à Sparte? Comment expliquer cette évolution et ce changement de point de vue? Serait-ce du ressort des historiens, ou bien une déformation engendrée par la culture populaire (films, livres)? Ces idéaux-types ont souvent été mis en opposition à travers leurs relations conflictuelles ( Guerre du Péloponnèse). Existe-t-il une déformation de ce qu'étaient Sparte et Athènes? Et si notre société adaptait la représentation d'Athènes à la réalité de notre époque, dans le but de légitimer son système politique, plutôt que de s'adapter à la réalité athénienne (esclavage)? L'idéal spartiate a-t-il encore une place aujourd'hui?




I/ Présentation générale de Sparte
II/ Relations avec Athènes
III/ Représentation dans l'Histoire et la culture populaire




NAISSANCE DE SPARTE


Géographie


L’État de Sparte est 3 fois supérieur à l’État d'Athènes avec 8500 km². Il est séparé par la montagne du Taygète (point culminant 2407m). Ainsi, on distingue 2 régions : la Laconie et la Messénie. La Laconie est la région le plus riche, elle est constitué en partie de la vallée de l'Eurotas et forme un ensemble homogène. La Messénie est caractérisée par la présence de plusieurs massifs montagneux qui sépare en plusieurs plaines côtières la vallée de Pamisos  : le mont Kyparissia, le mont Aigaléon, le mont Ithôme (=forteresse naturelle). Ces 2 régions sont toutes les 2 des régions fertiles qui permettent 2 récoltes par an. L’État spartiate est également constitué de la Kynourie, le Thyréatide, la Skiritis, la Belmnatis et l’île de Cythère.
Pour les Anciens, la Sparte achéenne évoquée par Homère a laissé place à une Sparte dorienne.


L’expansion spartiate s'est faite en plusieurs étapes :
  • conquête d'Amyclées (Plaine de Sparte)
  • conquête de la Méssénie après 2 guerres (1ère → Méssénie partiellement soumise 19 ans/2ème → 2 génération après la 1ère, environ 13 ans, siège du Grand Fossé)
  • conquête de Tégée
  • conquête de Thyréatique (bataille des champions Oreste VS Sicyone)
  • conquête de Cythere et l'ensemble de la côte occidentale au sud de la Thyréatide
  • politique d'alliance qui élargie l'influence de Sparte au Pélopponèse et à la Grèce entière.



Idéologie


La grande Rhètra est le texte constitutionnel du régime politique spartiate. Elle est connue de façon imprécise par 2 textes : - des distiques élégiaques de Tyrtée
-la vie de Lycurgue de Plutarque
Elle pose les bases de l’État de Sparte :
  • prescription religieuse : fondation d'un sanctuaire de Zeus et d'Athéna
  • répartition des citoyens dans de cadres déterminés
  • constitution d'une gérousie de 30 personnes avec les Rois
  • constitution d'une assemblée







    L'ORGANISATION SOCIALE



Les Spartiates


Ils constituent une minorité aristocratique qui est la seule à jouir des droits politiques. Ils sont d'origine dorienne. Les spartiates qui n'ont pas connu de dégradation ont droit au titre d' Homoioi. Ceux-ci remplissent donc obligatoirement les conditions suivantes :
-ils ont reçu l'agôgè
-ils possèdent un kléros
-ils sont admis aux syssities
-ils sont issus de parents spartiates
En 480 → 8000 Homoioi
En 373 → 3000 Homoioi (contre 30000/40000 pour Athènes)
Après le Vème s, les Spartiates sont donc une minorité en déclin.


Fondements de l'agôgè 


Discipline, vie à la dure, émulation, obéissance, bonne tenue, vie collective. C'est une éducation collective obligatoire organisée par la cité. De 7 à 14 ans, les jeunes spartiates reçoivent une formation de base (écriture, lecture, chant, poésie). Puis de 14 à 20 ans, on leur inculque le contrôle moral. Elle peut être un moyen pour les autres habitants de Sparte d'accéder à la liberté voire à la citoyenneté.
« Les paidés ne sont jamais sans chef »-Xénophon → soumission aux maîtres/aux citoyens.
Les paidés marchent pieds nus et ont un seul manteau pour toute l'année. Ils reçoivent une nourriture à peine suffisante qu'ils doivent compléter par le vol.


Pédérastie « éducative » 


Elle possède un rôle éducatif important, elle permet en effet de nouer des liens en dehors du simple cercle familial. La relation pédérastique correcte est présentée comme une sorte de devoir civique. Elle peut aussi accroître l'influence des individus ou des familles.






Kryptie 


C'est une épreuve qui couronne l'éducation voulue par les spartiates et qui constitue un véritable entraînement à la brutalité. Il apparaît que seul une partie d'une classe d'âge participait à cette institution. Elle consiste à rester cacher pendant 1 an. Ceux qui ont réussi sont considérés comme les plus intelligents et peuvent être utilisés pour terroriser les Hilotes ou pour effectuer des opérations de reconnaissance derrière les lignes ennemies.




D'après Aristote, les inégalités entre les citoyen s'expliquent par la cupidité des femmes.
D'autre part, du fait de l'absence régulière de leur mari, elles dirigent le personnel servile (thérapeia), possèdent la gestion du ménage (tamieia) et se chargent en partie de l'éducation des enfants (paidotrophia).
En comparaison avec la femme athénienne, les femmes spartiates sont plus indépendantes, possèdent un rôle familial et social plus important et sont plus autonomes du fait de leur activité physique et de leur esprit de compétition. De plus, la différence d'âge entre les époux est moins important qu'à Athènes, les mariés constituent un véritable couple et ne leur relation ne s'apparente pas à une relation père-fille.


Vie religieuse 


Elle est fondée sur les fêtes et les sacrifices même s'ils sont moins présents qu'à Athènes. La religion montre le triomphe des dénominations olympiennes.
Les Spartiates sont caractérisés par leur grande religiosité et par un certain archaïsme religieux. Ils sont par exemple sensibles aux prodiges (tremblements de terre) et craignent le Divin. Les dirigeants spartiates et les ennemis ont pu tiré profit de cette piété. La religion possède un plus grand rôle que dans le reste du monde grecque. En effet, il existe un grand nombre de lieux de culte et tous les morts sont enterrés dans la ville même (cet acte est cependant non-délibéré car Sparte ne possède pas d'enceinte) alors que chez le reste des grecs, seul les morts héroisés sont enterrés dans la ville. L'image de la mort est ainsi banalisée , ce qui, selon Lycurgue, ferait que les jeunes auraient moins peur de la mort.
On note également l'importance des prêtres du fait de cette grande piété, les Rois faisant office de grands prêtres.
Les divinités féminines (Athéna, Artémis), de nombreux personnages de la guerre de Troie (Achille, Agamemnon, Cassandre, Clytemneste, Hélène..) ou encore Apollon font l'objet d'un grand culte.Héraclès est quant à lui un véritable héros national surtout pour les jeunes.
L'importance de la religion peut être expliqué par le fait que Sparte soit une cité guerrière. Or la religion influe beaucoup sur le moral des combattants. Mais aussi par le traditionalisme spartiate.




Les Hilotes


Étymologiquement, le mot veut dire « le prisonnier » Ils sont d'origine pré-dorienne et viennent de la bourgade d'Hélos au sud de Sparte.
Ils constituent l'essentiel de la population servile de Sparte (150000 en 371). Ils pratiquent essentiellement l'agriculture. Ils fournissent à leur maître une quantité fixe appelée apophora. Ils peuvent être ainsi présentés comme l'équivalent des serfs du Moyen Age. Mais ils peuvent réaliser du travail domestique, ou faire un métier artisanal. Les jeunes Hilotes peuvent être valet d'armée pour des jeunes spartiates (mothônés).
Les Hilotes peuvent accéder à une certaine aisance mais celle-ci est limitée par les Spartiates. En effet les Hilotes sont maltraités pour mieux les contrôler. « Pour ne jamais désapprendre leur esclavage » selon Myron, ils sont méprisés jusqu'à intérioriser ce mépris. Ils ont également l'obligation de porter « l'uniforme » du paysan. Aucune loi ne les protège. Durant la krypte, ils sont ainsi la cible des jeunes spartiates. Cette violence est due à la crainte des spartiates par rapport à la masse que représente les Hilotes surtout après la révolte de 464 (minorité d'Hilotes qui ont tenté de profiter d'un tremblement de terre et la mort de 5000 spartiates pour se révolter)
Le maître de l'Hilote possède un droit de propriété limité. En effet, les Hilotes font l'objet d'une utilisation communautaire. De plus, il est interdit au propriétaire d'affranchir ou de vendre à l'étranger un Hilote, seul la cité à le droit d'aliéner, le maître possède seulement le droit d'usage.


Les Périèques


péri=autour oikos=maison
Ce sont des membres de l’État lacédémonien mais ils n'ont aucun droit politique. Malgré cette absence, ils possèdent cependant les devoirs du citoyen c'est à dire suivre les Rois à la guerre. Ils forment ainsi le 4/5ème de l'armée et constituent un peloton séparé de celui des spartiates. Ils sont donc plus nombreux que les spartiates (30000 en 371) et seraient caractérisés par leur fidélité. Leur position dans la hiérarchie militaire est donc intermédiaire.
Ils sont propriétaires de leur terre et habitent à la périphérie dans des cités au nombre de 100 (Sparte est ainsi selon Strabon« cité aux cent villes »)plutôt autonomes (administration indépendante) mais soumises au contrôle des éphores ce qui montrent leur infériorité par rapport à ceux du centre. Leur principale activité est l'agriculture mais ils peuvent aussi avoir des activités artisanales. Ils auraient sûrement des Hilotes à leur service. Ils sont soumis au phoros (impôt au profit du Roi)


Les Skirites


Ce sont des Lacédémoniens qui font figure d'exception. En effet, ces bergers habitant une région montagneuse et inhospitalière forment une troupes de 600 hommes d'élite qui ouvrent la marche lors de la progression des troupes et qui sont placés la nuit en sentinelle et durant le combat à l’extrême gauche de la ligne de bataille (grand privilège).








HILOTES
PERIEQUES
SPARTIATES
Droits politiques
NON
NON
OUI
Défense de la cité
OUI
OUI
OUI
Membres de l'état
NON
OUI
OUI
Citoyens
NON
NON
OUI
Hoplites
EXCEPTIONNELLEMENT
OUI
OUI
Présence lors des funérailles royales
OUI
OUI
OUI



Problème de population


La population spartiate est une population qui ne parvient pas réellement à augmenter et qui se trouve en déclin à partir du début du Vème siècle. Sous les anciens Rois, on a même pu constater un phénomène d'oliganthropie(décroissance démographique extrême d'une population humaine, menaçant cette dernière d'extinction). Pour augmenter la population, les spartiates ont accordé la citoyenneté facilement à des périèques voire à des Hilotes. En outre, ils ont développé une politique nataliste. Par exemple, ils (sous les anciens rois), ont exempté de service militaire les pères de 3 enfants, ont exempté d'impôts les pères de 4 enfants (car l'appauvrissement des enfants aurait pu les exclure de la citoyenneté)




SYSTEME POLITIQUE


La fondation du régime politique spartiate est traditionnellement rattaché au législateur plus ou moins légendaire Lycurgue. Il associe 2 Rois, une gérousie de 28 personnes, 5 éphores et une assemblée.


Les Rois


Les 2 Rois de Sparte correspondent à 2 dynasties distinctes censées descendre des 2 jumeaux Eurysthénès, ancêtre des Agiades, et Proclès, ancêtre des Eurypontides qui seraient des descendants d'Héraclès de la 5ème génération (héraclides). Ces familles ne peuvent s'unir par le mariage. Ce sont donc des personnages sacrés, issus des Dieux qui possèdent une immense richesse et donc une grande influence. Ils sont censés avoir des pouvoirs égaux.
Leur pouvoir est surtout militaire et religieux. A l'origine, les éphores devaient s'incliner en cas d'entente des 2 Rois et c'était eux qui avait l'initiative de la guerre. Mais leur très grand pouvoir à diminuer au fil du temps : l'initiative de la guerre est revenue à l'Assemblée qui vote la guerre avant de soumettre la question aux alliés. Cependant, sur le plan militaire, le Roi désigné reste le commandant en chef des armées : il avance en tête (mis à part les skirites), quitte le champ de bataille en dernier, combat à l'aile droite protégé par un corps d'armée (more) à son extrémité et par 100 hommes d'élite (logadés), garde le droit d'ambassade. Sur le plan religieux, ils organisent tous les sacrifices publics, exercent des sacerdoces de Zeus Lacédémon et de Zeus Ouranios, et maîtrisent les relations avec Delphes
en choisissant les Pythioi qui consultent l'oracle.
Leur nombre permet que l'un reste à Sparte quand l'autre part en expédition (avant 506, les 2 Rois partaient en expédition) et d'éviter la vacance du pouvoir si un des Rois mourrait ou serait trop jeune pour gouverner. Mais il provoque aussi une rivalité (voire une hostilité) entre les 2 Rois qui est vu par les Spartiates comme le salut de la cité selon Aristote.
L'accès au trône se fait par l'hérédité c'est à dire que le fils hérite de la couronne avant le frère. De plus, un fils né pendant le règne aura accès au trône à la différence d'un fils né avant le règne de son père.
La puissance réelle d'un Roi dépend surtout de sa personnalité et de son prestige. Celle-ci a changé de forme sans nécessairement diminuée au cours du temps. Ainsi, il est possible à partir du début du Vème siècle d'attaquer un Roi pour toute défaillance politique ou militaire. En effet, un accusateur privée ou l'Assemblée peut inculqué un Roi pour filiation contestée, accusation de corruption... Cette possibilité influe grandement sur l'action des Rois et constitue un moyen de contrôle. Le système politique spartiate empêche ainsi les Rois d'avoir le pouvoir absolu et évite le développement de la tyrannie.
Cas d'Agélisas « le Roi normal » qui corrompait des représentants du pouvoir pour gagner des partisans. De ce fait, c'était un Roi très puissant mais à la politique désastreuse.


Navarque 


Ce sont des commandants militaires remplaçant les Rois quand ils sont tous deux occupés. Ils sont nommés pour un an (non-renouvelable) par l'Assemblée sur proposition des éphores et parfois des Rois. Durant leur mandat, ils sont contrôlés par les éphores et non par les Rois.
Ils sont à l'origine de la crise de la royauté du Vème siècle en se plaçant en concurrence possible en tout cas au niveau militaire avec les Rois. Ainsi, selon Aristote « la navarchie constitue presque une autre royauté »


Les Éphores


Les éphores constituent une spécificité spartiate. Ce sont ceux qui exercent les plus grands pouvoirs. Ils sont élus dans le peuple et par le peuple. Leur rôle est de regarder, d'observer, et de surveiller les affaires de la cité et les habitants de Sparte. En somme, de préserver l'ordre public. Ainsi, les jeunes sont contrôlés sur leur aspect physique, les Hilotes sont maintenus dans leur état de sujétion, les citoyens sont surveillés en permanence, les magistrats sont sous la menace d'amende voire de révocation. Les éphores doivent également assurer la régularité de la succession des Rois. Concrètement, la société est contrôlée dans sa globalité.
Leurs pouvoirs sont donc d'ordre :
  • judiciaire (jugement d'affaires de droit civils basés sur des contrats)
  • policier (pouvoir d'emprisonnement, droit de vie et de mort sur les Hilotes)
  • exécutif (gestion des relations avec l'extérieur, préparation du travail de l'Assemblée, présidence des débats, exécution des décisions)

Leur pouvoir peut donc apparaître comme excessif, et les éphores comparés à des tyrans. Cependant, il existe plusieurs limites politiques. En effet, les 5 membres ne sont pas nécessairement unanimes, ils ne sont élus que pour 1 an et ne sont pas rééligibles immédiatement. Enfin leur pouvoir est limité par celui des Rois.




La Gérousie


La gérousie est composée de 28 personnes d'au moins 60 ans, âge qui correspond à la fin du service militaire. Ils sont élus à vie par acclamation et n'ont aucun compte à rendre. C'est une élection particulièrement honorifique. Les gérontes sont souvent issus de grands familles, certains sont même proches des Rois. Les candidatures sont examinés, les familles riches s'arrangent entre elles pour désigner un candidat qui convient aux 2 parties. Ainsi, l'élection, ou en tout cas la déposition des candidatures peut s'apparenter à une cooptation.
La gérousie constitue un tribunal suprême qui juge les crimes les plus graves, peut condamner un Roi avec l'aide des éphores et tranche en cas de succession contestée. De ce fait, Isocrate pense que la gérousie est « à la tête de toutes les affaires »
Les gérontes possèdent un pouvoir probouletique : ils préparent les propositions de loi et possèdent bizarrement un droit de véto.
Ils sont considérés comme des éléments stabilisateurs empêchant les autres organes d'outrepasser leur pouvoir.


L’Assemblée


C'est un organisme mal connu. En effet, on ne connaît pas l'âge minimum pour y participer ni la fréquence des rassemblements. Son nom serait probablement l'écclésia. Elle est sous-estimée voire complètement négligée par Aristote du fait qu'elle ne possède pas le droit d'initiative. Cependant, au niveau du droit de parole, il est interdit de faire une contre-proposition mais pas de « parler contre ». La parole est moins libre qu'à Athènes où chaque citoyen est expressément invité à prendre la parole. En outre, elle participe aux élections, à l'approbation des lois et prend les décisions les plus graves concernant la guerre ou la paix.




SPARTE ET LE MONDE EXTERIEUR DU MILIEU DU VIème SIECLE A 362


La Ligue du Péloponnèse


Pour assurer une domination durable sur les territoires qu'elle occupe, Sparte a dû s'organiser autour d'un système d'alliances. Les Spartiates ont ainsi formé la Ligue du Péloponnèse à la fin du VIème siècle. Elle dura jusqu'aux invasions thébaines de 370-369 ou de 362.
Au cours du VI ème siècle, les Lacédémoniens conclurent des alliances bilatérales avec un certain nombre de cités du Péloponnèse (Corinthe notamment). A l'origine, le leadership de Sparte était indiscutable. Mais une expédition avortée menée par Cléomène et Démarate à la fois, conduit Sparte à repenser le statut de ses alliés au sein de la Ligue. Elle organisa donc un congrès pour rechercher un consensus sur les différentes décisions à prendre. Cependant, aucune « constitution » de la Ligue n'est mise en place, l'idée de Sparte est de consulter ses alliés.
Son fonctionnement peut être jugé comme « démocratique » : après la proposition émise normalement par Sparte, la décision est prise à la majorité par les alliés. Ces derniers peuvent faire durant la séance une proposition différente de la proposition spartiate, voire une contre-proposition. Cependant, le congrès est convoqué à la seule initiative spartiate, il est présidé par les spartiates et la fréquence des réunions n'est pas périodique comme à Athènes. Sparte possède donc une grande capacité de blocage. La Ligue ne possède pas de finances communes mais les alliés qui ne veulent pas engager de troupes peuvent fournir de l'argent à partir de 382. En 378, il devient interdit de faire la guerre entre alliés quand l'armée commune est en expédition. Par ailleurs, la menace athénienne après la rupture de la ligue hellénique lors des guerres médiques (462) est le ciment de la Ligue du Péloponnèse. La zone d'influence de la ligue s'étend aux alliés des membres de la Ligue, sa puissance n'en est que plus grande.
La longévité exceptionnelle de l'alliance (2 siècles contre 73 ans pour la Ligue de Délos) s'explique surtout par la puissance de Sparte, mais aussi par la souplesse de l'organisation et dans une moindre mesure l'indépendance relative des cités. « Relative » puisque Sparte possède la mainmise politique sur leurs alliés (même si certaines cités possèdent un régime démocratique) mais cette sujétion n'est pas aussi ouvertement déclarée qu'au sein de la Ligue de Délos. De plus, l'existence d'un patriotisme péloponnèsien fait que les alliés sont restés fidèle à Sparte au cours de ces 2 siècles.
Cependant, la Ligue du Péloponnèse à connu des difficultés, la crise la plus grave se manifestant lors de la paix de Nicias en 421. En effet, avec ce traité, l'Alliance perd sa raison d'être puisque dorénavant la paix règne entre les 2 plus grandes puissances grecques. En outre, du fait de l'existence d'une clause de modification du traité sans nécessairement consulter les alliés, ces derniers sont inquiets de se voir peut-être soumis à la domination conjointe de Sparte et d'Athènes. Corollairement, on assiste à un renversement d'alliances. Les alliés se tournant vers Argos. Mais Sparte reprend en main la Ligue à l'occasion de se victoire à Mantinée.
Après 404, Sparte est à son apogée, elle a tendance à imposer sa politique à des alliés pas concernés par des expéditions en Asie, en Grèce du Nord voire en Béotie. Sure de leur puissance, les spartiates n'hésitent pas à intervenir également militairement avec violence dans ou contre des cités de la Ligue. Cette politique de contrôle absolu va entraîner l'impopularité spartiate et cumulé aux invasions thébaines, la fin de la Ligue.
Finalement, Sparte n'a pas réussi à pacifier, même par la force, le Péloponnèse ni à gagner la sympathie durable de la majorité de ses habitants. Après la fin de l'Alliance, Sparte ne retrouvera jamais son ancienne puissance.


Sparte en dehors du Péloponnèse

Politique isolationniste ou impérialiste ?
Dépend des périodes et des Rois (Cléomène Ier/Agésilas II)


Sparte et les Perses


Le début du règne de Cléomène en matière de politique extérieure est marqué par la prudence à l'égard du monde extérieur, les spartiates évitent l'affrontement direct. Mais après avoir assuré leur domination sur le Péloponnèse, Sparte compte bien résister aux perses (ex : les héraults de Darius jetés dans un puits=sacrilège). Elle prend ainsi la tête de la ligue hellénique, se sacrifie aux Thermopyles, combat à Salamine.


Sparte et Athènes


Les victoires communes contre l'ennemi perse pourraient laisser penser que ces 2 puissances possèdent de bonnes relations. Mais il a toujours existé en réalité une concurrence permanente entre les 2 cités dominantes de la Grèce Antique et la guerre du Péloponnèse n'a été que l'aboutissement de ces tensions. En effet, après la sécession d'Athènes au sein de la Ligue, il eut un risque de guerre ouverte. De plus, le renvoi outrageant des hoplites athéniens venus avec Cimon au secours de Sparte du fait de la peur des spartiates d'un « empire athénien » naissant, voit une rupture dans les relations entre les 2 cités (et l'ostracisme de Cimon).
Ensuite, le condominium des 2 Ligues sur la Grèce fait qu'Athènes et Sparte entrent dans une phase de « guerre froide » ou chacun veut profiter des défaillances de l'autre pour essayer d'élargir sa zone d'influence. Ainsi, Athènes profite de la révolte méssenienne et s'allie avec Argos pour s'emparer de Mégare et Achaie. Après une paix de 5 ans, les rôles s'inversent : Athènes est battue et doit évacuer la Béotie, faire face aux révoltes de l'Eubée et de Mégare en 446. Le Roi Pleistoanax à l'occasion d'anéantir une Athènes en déroute mais ne le fait pas, ce qui lui vaudra son exil. La débâcle athénienne s'achève sur l'abandon de ces conquêtes lors de la paix de 30 ans conclu avec Sparte toujours en 446.
Le début de la guerre du Péloponnèse est dû aux pressions de Corinthe et Mégare, victimes de l'impérialisme athénien. L'Assemblée spartiate n'est pas unanime pour entrer en guerre, le Roi Archidamos y est opposé mais elle finit par céder.
Le rapport de force paraît dans un premier temps déséquilibré mais c'est bien Athènes qui, grâce à la stratégie de Périclès (abandonner l'Attique/mise sur sa flotte et son Empire), prend l'ascendant au début de la guerre. En 425, les Spartiates capitulent à Sphactérie et Athènes a en sa possession 292 lacédémoniens. Mais alors qu'Athènes peut sortir victorieux de la guerre, Cléon fait échouer les négociations de paix et d'alliance : c'est un premier tournant. Le deuxième tournant voit Brasidas traverser la Grèce et arracher à Athènes les riches cités de la côte Thrace en 424. Les 2 cités sont alors dos à dos. En 423 est signé l'armistice puis en 421 la paix de Nicias. Cette paix, qui aurait dû impliquer une réconciliation entre Athènes et Sparte n'est que partielle puisque certains alliés ont refusé de la jurer. En effet, elle est vite négligée car Sparte conclut une alliance avec Thèbes et Athènes une quadruple alliance avec Argos, Elis et Mantinée. Les combats reprennent en 418 sur « terrain neutre » entre les troupes d'Alcibiade et les lacédémoniens même si la guerre n'est pas officiellement reprise. Mais ce n'est qu'une question de temps. En effet, après des expéditions sanglantes d'Athènes à Mélos et à Syracuse sans réaction spartiate, Alcibiade, recherché par la justice athénienne réussit à persuader Sparte d'envoyer des hommes en Sicile. Avec l'habilité de Lysandre, l'aide perse et la révolte ionienne, la victoire de Sparte est écrasante en 413. En 405, la bataille d'Argos-potamoi voit la capitulation finale d'une Athènes assiégée.
Sparte rend ensuite Athènes inoffensive en détruisant ses Longs-Murs, les fortifications du Pirée, et s'empare de leur flotte. Il installe à Athènes la tyrannie des Trente.


Le nouvel impérialisme spartiate


Sparte était officiellement rentrée en guerre pour libérer les cités menacées par l'impérialisme athénien. Mais Sparte, sous l'influence de Lysandre, prend rapidement la suite d'Athènes après sa victoire en imposant un tribut, des décarchies dans les cités prises (=tyrannie de 10 personnes) qui nécessitent parfois une garnison pour assurer sa défense.
A cette époque, Sparte exerce seule son hégémonie sur la Grèce et cela aurait pu durer si Sparte avait été modéré et ne s'était pas attaquer au puissant empire perse. En effet, en 412-411, ils cèdent la Grèce asiatique aux perses en échange de leur appui, mais souhaitent maintenant reprendre ces territoires. Ainsi éclate la guerre de Corinthe (395-386) qui voit Athènes, Thèbes, Argos et l'Empire perse s'allier contre Sparte et sa Ligue. Si ces derniers triomphent à Némée et à Coronée, ils perdent leur maîtrise marine (garnisons spartiates chassées de nombreuses cités d'Asie ou des îles (=Cythere) de la côte). En 386, la guerre prend fin avec la paix d'Antalcidas. Sparte a donc échoué dans sa tentative de recupérer les territoires de la Grèce asiatique mais l'impérialisme spartiate (présenté comme anti-impérialiste car il prône l'autonomie des cités=paradoxe) est toujours présent. Selon Xénophon, «  la domination des lacédémoniens paraissait désormais établie d'une façon si belle et inébranlable ».
Mais les victoires thébaines et athéniennes marquent la fin de l'invincibilité spartiate. Ce déclin se confirme après l'écrasante victoire de Thèbes à Leuctres en Juillet 371 et l'alliance égalitaire avec Athènes de 369.




Représentation du modèle spartiate dans l'Histoire et dans la culture populaire


Pourquoi Sparte souffre-t-elle d'une représentation parfois déformée?


Les principaux auteurs qui traitent de Sparte durant l'antiquité sont externes à la cité (=manque d'objectivité ?); ce sont pour la plupart des auteurs athéniens: Xénophon, Hérodote, Platon →pour les contemporains.
D'autres auteurs antiques traitent également de la cité depuis l'extérieur mais cette fois en tant qu'historiens: Sparte et Athènes ne sont plus à leur apogée: Athénée (IIIème siècle), Apollodore (Ier ou IIème siècle).


Tyrtée est le poète officiel de Sparte. Il façonne l'idéal spartiate en conciliant un idéal aristocratique proche du modèle homérique et le nouvel idéal civique proposé à tout citoyen. Il définit la valeur (arétè) traditionnelle qui unit le physique (qualités athlétiques, beauté liée à la taille=kallos kagathos) et le social (grande richesse, grand pouvoir, grande éloquence). Mais aussi la valeur civique qui correspond au courage face à la mort et le sacrifice pour la cité.


La représentation la plus forte dans la culture populaire est celle de la Bataille des Thermopyles (en -480); oppose les Spartiates, les Thébains et les Théspiens aux Perses. →très présente dans la culture populaire, représentation du courage et du sacrifice spartiates (300 soldats spartiates parmi les 1700 soldats de l'alliance encore vivants au troisième jour de la bataille/ opposés aux 500 000 soldats Perses).




Pourquoi l'étude de la Grèce au Vème siècle est-elle centrée sur Athènes ?
Pourtant, dès l'antiquité, Sparte est parfois considérée comme supérieure à Athènes de par son organisation politique, c'est d'ailleurs l'excuse qu'utilisent les grecs après la défaite de la guerre du Péloponnèse.


Importance de l'égalité à Sparte:
Sparte avait mis en place une mise en commun des terres ( le kléros),
Il désigne le lot de terre attribué à chaque citoyen parmi les 9000 lots qui composent la terre de l’État spartiate. La propriété du lot est partagé entre la cité et son détenteur. Ce dernier est limité par l'interdiction d'en tirer plus que la rente traditionnelle et ne possède pas le droit d'aliéner. En effet, selon Aristote, vendre sa terre est considéré comme une honte. Cependant, un homme peut posséder plusieurs lots.


c'est une des premières formes de collectivisation des terres, également présente dans le communisme (kolkhoze) selon Jacques Droz (historien spécialiste des idées politiques).Existence d'une liberté et d'une égalité peu connue : le riche et le pauvre ne se distinguent presque pas extérieurement →repas collectifs, habits semblables, éducation des enfants semblable, funérailles pour tout les citoyens.


Remise en cause:
«mirage spartiate» François Ollier et également dénoncé par H-I Marrou.


«Prétendue égalité spartiate»
En effet, l'égalité économique et sociale entre tous les Homoioi, dont il fournit la base, n'est qu'un mythe qui ne paraît pas attesté avant le IVème siècle: cette égalité n'est jamais mentionnée par Hérodote, et Thucydide évoque seulement «l'égalité dans les genres de vie entre les possédants et le grand nombre», ce qui suffit à rappeler l’existence de 2 catégories.
Syssitie
Étymologiquement, le mot désigne le «partage d'une nourriture à base de céréales». Le mot désigne le repas commun mais aussi le groupe de convives qui y participent,le lieu du repas, un unité militaire de gens censés manger ensemble selon Hérodote. Ce sont de grands repas collectifs quotidiens regroupant exclusivement des hommes (une dizaine âgés minimum de 20 ans) qui sont obligatoires pour tous les Homoioi («sauf quand le sacrifice ou la chasse avait fini trop tard»-Plutarque).
Ce n'est pas une chose spécifique à Sparte, tout le monde grec organise de tels repas communs. On a attribué à ces syssities différentes origines:
-sociale → banquets aristocratiques
-militaire → réunion de guerriers
-religieuse → célébration de sacrifices
→ Aristote contredit cette prétendue égalité entre les spartiates, il «mentionne ceux qui, ne pouvant payer leur part des syssities, perdent leur pleine citoyenneté.»
Cette institution se veut démocratique mais pourtant elle élimine les pauvres par l'apport de l'écot.


Laconisme
Une autre représentation de Sparte s'accordant avec l'austérité de cette cité est le laconisme.
Ce terme vient de la Laconie, la région de Sparte. →façon claire et concise de s'exprimer. Cela s'accorde avec la rigueur militaire assimilée aux Spartiates. Elle était notamment appréciée de Socrate:«Ils dissimulent leur sagesse, et prétendent n'être que des lourdauds, de façon à ne paraître supérieurs que grâce à leurs prouesses au combat... Voici comment vous pouvez vous convaincre que je suis dans le vrai et que les Spartiates sont les mieux formés à la philosophie comme à la rhétorique: si vous parlez à n'importe quel Spartiate ordinaire, il peut sembler stupide, mais à la fin, comme un archer habile, il vous décochera quelque brève remarque qui vous prouvera que vous n'êtes qu'un enfant.»
Exemples rapportés par Hérodote: Lors de la bataille des Thermopyles, Dienekes, soldat spartiate apprend que les archers perses sont si nombreux que le ciel est caché par un nuage de flèches lorsqu'ils tirent, il dit alors: «Tant mieux! Nous allons nous battre à l'ombre. »
De même, au début de la bataille, Xerxès avait proposé à Léonidas de se rendre en déposant les armes, Léonidas avait répondu: «Viens les prendre!» Ce laconisme est toujours présent en Grèce puisque c'est aujourd'hui la devise d'un corps d'armée grec.
Importance de la rhétorique.


La place des femmes:
Elles sont présentées comme un modèle d’héroïsme. En effet, elles inciteraient leurs fils à mourir pour la patrie. Mais en réalité, les femmes spartiates ne sont pas plus courageuses que les autres femmes grecques. Elles reçoivent une éducation, ce qui est exceptionnel en Grèce. L'accent est mis sur l’entraînement physique dans une perspective eugénique.
On leur inculque les valeurs civiques et on les prépare à la participation à la vie religieuse de la cité.
Sparte possède un régime conjugal social assez souple: l'adultère (même féminin) n'est pas criminalisé. Le but étant d'avoir un enfant ( toujours le problème de population).
Gorgô était la femme de Léonidas, elle a eu la fonction de reine quand celui-ci est parti aux Thermopyles (l'autre roi, Léotychidas II était au Cap Mycale →479) pendant la durée de la bataille. Plutarque rapporte ( dans la Vie de Lycurgue) qu'une femme de l'Attique lui avait demandé pourquoi les femmes de Sparte étaient les seules à pouvoir commander aux hommes, Gorgô avait répondu: «Parce que nous sommes aussi les seules à donner naissance à des hommes».
D'après Aristote, les inégalités entre les citoyen s'expliquent par la cupidité des femmes.
D'autre part, du fait de l'absence régulière de leur mari, elles dirigent le personnel servile (thérapeia), possèdent la gestion du ménage (tamieia) et se chargent en partie de l'éducation des enfants (paidotrophia).
En comparaison avec la femme athénienne, les femmes spartiates sont plus indépendantes, possèdent un rôle familial et social plus important et sont plus autonomes du fait de leur activité physique et de leur esprit de compétition. De plus, la différence d'âge entre les époux est moins important qu'à Athènes, les mariés constituent un véritable couple et ne leur relation ne s'apparente pas à une relation père-fille.


OBEISSANCE, DISCIPLINE MILITAIRE, HONNEUR
«Société conservatrice et collectiviste qui cultive la valeur individuelle.» ( Edmond Lévy) →relation avec la société occidentale(individualisme, patriotisme, nationalisme / résistance)
l'individualisme s'exprime par exemple par la relégation de certains homoioi au rang de Tresantes; ceux qui ont fait preuve de lâcheté au combat. Ils sont admis parmi les Inférieurs, les citoyens ont le droit de les frapper si les tresantes (=rang inférieur) ne cèdent pas le pas et n'adoptent pas un air triste.
Les spartiates correspondent à un ensemble uni mais dont chaque membre doit répondre à des exigences propres auxquelles il ne peut se soustraire.
Ces exigences s'appliquent même aux rois. En effet, la puissance réelle d'un Roi dépend surtout de sa personnalité et de son prestige.


Conclusion


Sparte constitue donc une cité unique dans l'Antiquité de par son système politique associé à un idéal de citoyenneté lié à l'individu et à la compétition. Elle a entretenu des relations particulières avec les cités Antiques et a exercé une domination sur celles-ci à plusieurs reprises. Au cours de l'Histoire, elle a été représentée différemment selon les périodes et souvent déformée. L'idéal des Spartiates, peut-être plus que celui des Athéniens, correspond pourtant en de nombreux points avec l'idéal occidental d'aujourd'hui.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 29 Déc - 01:57 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LS1 Index du Forum -> Exposés -> Antiquité Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com