LS1 Index du Forum

LS1
Bienvenue dans un nouveau monde, un monde d'hypokhâgneux et de littérature, bienvenue en LS1 ...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La bataille de Salamine : la causalité

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LS1 Index du Forum -> Exposés -> Antiquité
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Maelle


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2012
Messages: 2
Localisation: Plonéour-Lanvern

MessagePosté le: Lun 10 Déc - 20:20 (2012)    Sujet du message: La bataille de Salamine : la causalité Répondre en citant

Les causes de la bataille de Salamine


Xerxès Ier, l'instigateur


      En 522, Darius Ier, de la dynastie des Achéménides fondée par Cyrus II, est intronisé et manifeste
aussitôt son désir d'impérialisme. L'armée perse, évidemment gigantesque, lui permet de dominer

la majeure partie de l'ouest de l'Asie Mineure. La côte ouest, connue sous le nom de l'Ionie,

supporte difficilement le joug et se révolte en 499. Darius réprime l'insurrection et décide
parallèlement de châtier les grecs ayant soutenu ce mouvement séditieux. C'est alors que l'amiral
Datis, au commande de la flotte perse, achoppe contre les Athéniens le 19 septembre 490. Ceux-ci,
à proximité de la plage de Marathon (d'où le nom de la bataille), parviennent à repousser les Perses
grâce à une charge de la part des hoplites (qui en l'occurrence ne pratiquaient qu'une simple

activité sportive nommée "la course aux armes"). Cette escarmouche octroie à Athènes et surtout à
Miltiade (stratège athénien ayant commandé la troupe de Salamine) un grand prestige : le fléau

perse est, pour la première fois, défait.
      En 486, Darius Ier meurt et ainsi lui succède son fils, Xerxès Ier, qui n'a qu'une idée en tête :

venger son père et achever l'expansion perse. Eschyle, dans sa tragédie Les Perses, et à juste titre,
le considère comme un "jeune téméraire". L'étymologie de de "Xerxès" désigne un "meneur de

héros". Son ambition se confirme rapidement suite à la répression du peuple égyptien qu'il effectue
avec brio. Hérodote évoque les intentions belliqueuses de Xerxès dans son septième livre des

Histoires : "Vous avez vu mon père Darius Ier désireux lui aussi de marcher contre ces hommes,
mais il est mort avant d'avoir pu se venger. Moi, agissant pour lui et pour les autres Perses, je

n'aurai pas de cesse que je n'aie pris et incendié la ville des Athéniens, qui ont offensé les premiers
et moi-même et mon père". Notons que Xerxès parle d'offense alors que la colère des Grecs résulte
uniquement de l'avidité territoriale de son père.
      En 485, Xerxès reçoit en son palais un oracle du nom d'Onomacrite. Il s'agit d'un Athénien chassé
de sa patrie par le tyran Hipparque. Il annonce la possibilité d'un revers pour les barbares quant à

la victoire de Marathon. Il exhorte alors Xerxès de jeter sur le détroit de l'Hellespont un moyen de

rejoindre les côtes européennes. En outre, le cousin de Xerxès, Mardonios, tente d'étayer cette

opportunité annoncée par l'oracle en faisant le panégyrique de l'armée de Darius Ier. Mardonios a

effectivement pu avoir un aperçu des capacités guerrières des soldats perses en combattant aux

côtés de Darius Ier, son oncle. Mais l'oncle de Xerxès, Artabane, s'oppose vivement aux projets

vindicatifs de son neveu. Xerxès, fort réticent, finit par céder et choisit de ne pas attaquer la Grèce.
Mais, la nuit portant conseil, Xerxès est tourmenté par la venue d'un mystérieux songe, évoquée

par Hérodote dans le même ouvrage susdit (une histoire potentiellement fausse). Le fantôme le

menace ainsi : "Si tu n'entres pas immédiatement en campagne, voici quelle en sera la

conséquence : comme tu es devenu grand et puissant en peu de temps, de même tu redeviendras
rapidement petit". Artabane, imploré par son neveu de le croire à propos de cette étrange visite,

refuse d'accorder le moindre crédit à cette soi-disant hallucination. Il revêt les habits royaux et

monte sur le trône pour essayer de tromper le songe. Celui n'est pas dupe et menace violemment

Artabane qui consent immédiatement à entamer la conquête perse. Cinq ans plus tard, Xerxès a

réuni son armée et érige sur l'Hellespont un assemblage de trières permettant le franchissement du
détroit par l'armée terrestre. Ce pont est le symbole de l'expédition de Xerxès Ier.



Thémistocle, où "pourquoi Salamine ?"



      Fils de Néoclès et d'Euterpe, Thémistocle est un Athénien de sang-mêlé considéré par ses

semblables comme une homme intelligent et novateur. Il a, dans sa jeunesse, bénéficié de

l'enseignement du précepteur Mnésiphilos qui lui a, en grande partie, transmis les rudiments de la
politique. En outre, Thémistocle voue un culte à Miltiade, l'illustre vainqueur de Marathon ; il voit en
lui les caractères d'un descendant d'Héraclès. Ce modèle de fougue l'incite à faire ostraciser ses

ennemis politiques pour s'approprier plus facilement le pouvoir d'Athènes. Après l'ostracisme

d'Aristide, il est rapidement institué comme stratège. S'il s'est démené avec autant d'ardeur pour

obtenir un tel rôle, c'est parce qu'il entend bien rendre Athènes apte à combattre l'envahisseur : il
est parfaitement conscient de l'avancée de Xerxès.
      Au sud d'Athènes se trouve les mines du Laurion. L'un des atouts majeurs de cette mine, ce sont

ses filons d'argent abondants dont le matériau contenu est d'une inestimable valeur. Peu de temps
après son arrivée au pouvoir, Thémistocle assiste à l'extraction inopinée des richesses du Laurion.
Adepte du "Logos", de la parole rationnelle, il se lance dans un discours adressé au peuple athénien
lors de la distribution des récoltes. Il préconise la création de plusieurs trières afin de ne plus

redouter une éventuelle offensive de la part des barbares. Les Athéniens adhèrent et, au bout de

quelques années, un total de 200 trières garantit désormais à la cité une défense plus robuste. La

clairvoyance de Thémistocle devient vite salutaire quand le Cap de l'Artémison et les Thermopyles

se retrouvent assiégés au nord de l'Attique. Un athénien du nom d'Epykidès se porte volontaire
pour diriger l'armée contre les Perses. Mais Thémistocle subodore son incompétence et achète son

désistement. Il est donc le seul capable de mener à terme la guerre défensive.
      Après avoir gagné le Cap de l'Atémision, Thémistocle et sa flotte essuient de nombreuses

escarmourches. Les navires athéniens maintiennent leur position, mais pour très peu de temps :
une rumeur provenant de l'ouest, des fameux Thermopyles, signale la défaite du roi Spartiate

Léonidas qui avec vaillance est parvenu à ralentir considérablement les Perses avec, selon la
légende, un effectif de seulement 300 soldats. Thémistocle profite du sacrifice des Spartiates pour

se retirer et rejoindre sa patrie. Il propose un décret légitimant le retour des ostracisés tels
qu'Aristide, précédemment mentionné, pour éluder l'émergence de nouveaux ennemis. Puis, il part
consulter la Pythie de Delphes pour trouver le moyen d'assurer la survie des habitants d'Athènes.
L'oracle suggère le repli sur l'île de Salamine ("Divine Salamine !") et évoque "une muraille de bois".
Thémistocle comprends qu'il s'agit de ses trières et embarque aussitôt pour l'île.



Sikinnos le déclencheur



Installés sur l'île de Salamine, Thémistocle cède le commandement à Eurybiade, un général

spartiate. Pour déconcerter les Perses, il fomente, à l'aide de son esclave, un plan rusé. Son

esclave, c'est Sikinnos, un prisonnier perse qui se charge de la garde de ses enfants. Leur relation
n'a rien à voir avec celle qu'entretiennent les Spartiates avec les hilotes. Sikinnos est grandement

respecté pour son dévouement, et Thémistocle n'hésite pas à le solliciter pour mener un bien une

mission capitale. Le 28 septembre 480, la veille de la bataille de Salamine, Sikinnos est envoyé en

tant qu'émissaire au quartier général de Xerxès. Il est, par chance, reçu avec une certaine

clémence qui traduit une nouvelle fois l'orgueil de Xerxès. En effet, Sikinnos se rend dans sa

demeure sous prétexte d'informer l'empereur de la débâcle des Athéniens à Salamine. Il déclare

que Thémistocle a fait défection et que la plupart se préparent déjà à quitter les lieux. Le 29

septembre 480, la flotte de Xerxès se dirige vers le détroit de Salamine.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 10 Déc - 20:20 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LS1 Index du Forum -> Exposés -> Antiquité Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com