LS1 Index du Forum

LS1
Bienvenue dans un nouveau monde, un monde d'hypokhâgneux et de littérature, bienvenue en LS1 ...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La géographie pourquoi comment

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LS1 Index du Forum -> Fiches de lecture
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Camille BLEUNVEN


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2011
Messages: 29

MessagePosté le: Ven 28 Oct - 21:04 (2011)    Sujet du message: La géographie pourquoi comment Répondre en citant

La géographie : pourquoi ? Comment ?



Objets et démarches de la géographie d'aujourd'hui


De Stéphanie BEUCHER et Magali REGHEZZA
(éditions Hatier)




Introduction : il n'y a pas « une » mais « des » géographies. Notions essentielles sont les rapports : espace/société et société/environnement.




Chapitre 1 : L'ESPACE


Qu'appelle-t-on espace géographique ?
Quelle est la spécificité du traitement géographique de l'espace ?
L'espace est-il l'apanage du géographe ?


La géographie serait pour plrs géographes la science de la spatialisation des phénomènes (sociaux, naturels, éco, etc.) Elle pose ainsi la société comme son objet tandis que l'espace devient un outil d'appréhension de phénomènes sociaux.


L'espace géographique, un espace physique concret

Portion de la surface terrestre = espace géographique. Il y a aussi les contraintes de l'environnement qui peuvent devenir des atouts dans le cadre du tourisme.


L'espace géographique, un espace géométrique de localisation

Espace mesurable. La localisation se fonde sur la déf. de coordonnées qui permettent de repérer un point. L'espace géographique ainsi définit se présente comme une configuration à une échelle donnée de points repérés, distants les uns des autres.


L'espace géographique, un construit social

L'espace géo est une production des sociétés. Chaque org spatiale est unique. Ccl : la société change l'espace et ainsi modifie et influe sur la géographie.
Spatialité = répartition spatiale d'un phénomène. L'accent est mis sur les notions d'org, d'agencement et de distance. Si les sociétés agissent sur l'espace, l'espace agit en retour sur les sociétés. Vision des ho influe : ex littoraux ++ et montagnes -
Ccl : la spatialité permet de relier l'espace et les actions sociales : l'espace n'est plus extérieur à la société.


Espace de vie, espace vécu, espace social

L'ho construit l'espace au sens où il l'organise. Espace vécu par les sociétés. L'ho se positionne donc cô acteur. Géographes distingue l' »espace » en trois parties : espace de vie, espace vécu et espace social.
Espace de vie = espace d'usage = étendue su laquelle les hô se déplacent.
Espace vécu = tel qu'il est ressenti bien plus que perçu par l'individu.



Ccl : lecture de l'espace est plurielle.
La géo étudie les interactions entre les phénomènes sociaux et les phénomènes spatiaux.




Chapitre 2 : LE TERRITOIRE


En quoi la notion de territoire se distingue-t-elle de celle d'espace ?
En quoi la notion de territoire se distingue-t-elle de celle de lieu ?
Quel est le lien entre identité et territoire ?
Que signifie territorialiser un territoire ?
Peut-on parler de « fin des territoires » ?


Bien faire le différence entre territoire et espace.


Le territoire, un concept polysémique


~ Le territoire, marque essentielle de l'Etat
Territoire se définit comme la marque essentielle de l'Etat. Territorialité = exercice d'un pouvoir à une souveraineté sur un espace pol délimité par des frontières.
~ Le territoire et l'espace: deux synonymes ?
Territoire renvoi à une terre et non à l'espace objet géométrique. Il a une dimension social, il est l'espace approprié. L'utilisation du terme territoire marque une évolution méthodologique de la présence géo.
Territoire a deux dimensions : une objective et une subjective. Objective : matérilité = différents usages que la société attribue à son sol = territoire hétérogène. Subjective : expérience individuelle, sensible, affective de l'espace.
~ Le processus de territorialisation
La territorialité inscrit l'hô dans son rapport à une terre, elle raconte la spatialisation progressive des identités in div et collectives au fur et à mesure que ces dernières contrôlent effectivement un espace donné. Territoire a aussi une dimension historique du fait du vécu des sociétés sur celui ci.
~ Le territoire est-il forcément continu ?


La géographie, étude des territoires ?


~ Le territoire pour la géo sociale et culturelle
Le territoire peut être appréhendé au travers de la relation que les hô entretiennent avec lui. Territoire = mode de relation entre les hô dont l'espace est le vecteur + projection de notre « être au monde ».
Les hô habitent le monde = le comprennent et inscrivent leur identité, y investissent une dimension spirituelle.
~ Le territoire de l'aménagement
Définition de territoire cô construit social permet de retracer la singularité des expériences indiv et collectives. Mais aussi territoire a une dimension pol. Territoire étroitement lié aux notions de pouvoir, de gestion, d'acteurs, de limites et de conflits. Parler de territoire est utile pour l'aménagement et la gestion des espaces à différentes échelles.
Aménagement du territoire = action et pratique de disposer avec ordre, à travers l'espace d'un pays et dans une vision prospective, les hô et leurs actés, les équipements et les moyens de communication qu'ils peuvent utiliser, en prenant en compte les contraintes naturelles, humaines et éco, voire stratégiques. L'aménagement vise à créer un ordre dans l'espace et suppose donc une démarche volontaire et réfléchie, une certaine planification. Il s'inscrit dans l'espace mais aussi dans le temps.
Les territoires du pol et de l'aménagement ne sont pas figés, leur construction est variable dans le temps et la territorialisation de tels espaces est un processus réversible.
~ Crise des territoires et nouvelles territorialités géographiques
Multiplication des territorialités. Terme territoire parfois remis en question du fait que du point de vue où le territoire se base sur l'étude des sociétés, tout peut devenir territoire et ainsi espace.


Ccl : la réflexion sur l'espace peut être approfondie par celle sur le territoire. Le terme territoire fait désormais partie du vocabulaire géo parce qu'il permet de distinguer l'espace de l'espace humanisé et de faire de l'hô et des sociétés humaines l'objet de la géo. + il existe plrs formes et plrs degrés de territorialité.
Chapitre 3 : MILIEU ET ENVIRONNEMENT


Qu'appelle-t-on milieu en géo ? Quelle est la différence entre milieu naturel, milieu physique et milieu géo ?
Cmt passe-t-on du milieu à l'environnement ? L'environnement est-il un nouveau paradigme géo ?
Qu'appele-t-on écologie humaine ? L'écologie a-t-elle servi de modèle à la géo française ? Quelles sont – et ont été – les relations entre géo humaine et géo physique en France ?


Pdnt longtemps, géographie humaine s'est définie comme une « écologie humaine », cad comme l'étude des rapports homme/nature et plus précisement des rapports homme/milieu.


La relation homme/nature en géographie


~ L'héritage naturaliste
Fin du XIXème et début du Xxème siècle, P. VIDAL DE LA BLACHE définit la géo en deux parties : la géo physique (ou naturelle) et la géo humaine. Fin XIXème, il existe une conception purement naturaliste de la géo. Mais on doit souligner parallèlement l'influence de la biologie et de la zoologie. Position Vidalienne affirme l'unicité de la géo tout en faisant la distinction entre géo physique et géo humaine. Géo physique constitue une base fondamentale pour la géo humaine : termes indissociables.
~ Déterminisme et possibilisme
Plrs formes de déterminisme : déterminisme mésologique ; déterminisme environnementaliste = milieu géo comme facteur déterminant + déterminisme spatial : l'espace d'un Etat – sa superficie – est le facteur explicatif de sa puissance et de sa capacité d'expansion + déterminisme morphologique : fait de la forme géographique une cause, le degré de découpage étant une forme propice au contact et aux échanges + déterminisme de situation : devenir d'un lieu à partir de sa position.
Possibilisme = capacité de choix de l'hô, sa liberté et sa capacité d'adaptation qui lui permettent peu à peu de s'affranchir de l'influence de la nature sans toutefois s'en émanciper totalement. Le milieu ne détermine pas le genre de vie : il n'est qu'un réservoir de « possibilités ».


Du milieu à l'environnement


~ Le milieu naturel comme milieu physique
Le milieu naturel apparaîtcô un ensemble d'éléments naturels ( relief, sol, climat, faune/flore, eau) associés en un même lieu.
~ Du milieu naturel au milieu géographique
A. DEMANGEON définit le milieu géo comme « le milieu physique plus ces modifs et parfois ces transformations fondamentales, apportées à tout cadre physique ». De fait, la géo humaine devient l'étude des relation entre les hô et le milieu géo au sein duquel ils évoluent.
Selon M. SORRE, le « milieu géographique » se décompose selon trois complexes interreliés : milieu physique, milieu vivant ou biologique et milieu humain iu antrhopogéographique.
~ Du milieu géo à l'environnement
Terme environnement vient de l'anglais et désigne tout à la fois le milieu physique considéré comme un système dont les composantes (eau, climat, sol, relief, végétation, faune) interagissent. L'utilisation du concept environnement s'inscrit dans une triple perspective : Repenser le rapport nature/culture + dépasser définitivement la causalité linéaire déterministe en introduisant l'interaction + adopter une démarche globale.
Par csqt, la géo physique trouve dans le concept d'environnement un puissant moteur de renouvellement.


  • Le rapport nature-société en question



~ La séparation radicale : le temps du face-à-face
Nature et société en face-à-face à travers le postulat moderne. Ne signifie pas absence de relations mais plutôt rapports conflictuels, domination de l'humain sur le naturel par l'intermédiaire de la technique.
~ Le renouveau écologique : le temps de l'interface
Les géographes doivent montrer que la nature en géo est d'abord de l'espace, mais un espace de moins en moins naturel et de plus en plus anthropisé. Le divorce entre écologie et géo porte d'abord sur la place et le rôle de l'hô dans la nature. L'hô ne peut être totalement pensé sur le modèle de la plante ou de l'animal dont il se distingue par sa capacité de choix. L'hô agit sur la nature par les choix qu'il fait. Au final, la géo est sous-tendue par le « mythe fondateur » de « l'hô constructeur », l'écologie par celle de « l'hô destructeur ». La géo a exclu l'écologie.
~ Vers une hybridation de la nature et de la société ?


La réflexion sur l'interface nature-société permet de passer d'une conecption soit écocentrée soit sociocentrée à une conception « géocentrée » des rapports hô-nature qui place sur le même plan les deux éléments et qui montre que les lignes de partage entre les phénomènes sociaux et ceux qui n'en seraient pas sont mouvantes au cours du temps.




Chapitre 6 : LA REGION


Qu'est-ce qui définit la région ?
Existe-il des régions naturelles ?
La région est-elle aujourd'hui devenue l'échelle de référence pour les politiques d'aménagement du territoire ?
Quelle est la place de la région à l'échelle européenne ?


La notion de région désigne, dans son acceptation la plus large, tout espace découpé et de ce fait, repéré, objectivé. C'est une portion d'espace à laquelle les hô donnent des limites et un contenu. Le terme est issu du latin regio qui signifie : pays, contrée, zone, territoire s'étendant autour d'une ville ou d'un lieu.
D'une part, le terme est utilisé couramment pour désigner des portions plus ou moins gdes de territoire, qui possèdent des caractéristiques communes. D'autre part, il désigne la région administrative dont la réalité éco, pol, fiscale, s'affirme chaque jour d'avantage.
Il convient de rappeler que la réflexion menée par les géographes sur la région s'est construite autour de trois gds principes :

  • la région est un espace homogène à gds traits
  • la région est une aire de marchés polarisée par une ville
  • la région est un échelon spatial de pouvoirs et d'administrations plus ou moins autonome



La région homogène

La région homogène est un espace d'extension limité mais bien individualisé, construit par une longue succession d'interventions humaines. Cette notion est fondée sur la répétition des mêmes caractéristiques : l'homogénéité est donnée le plus souvent soit par le paysage, soit par l'appartenance à une hist commune, soit par la langue.
La région homogène est svt confondue avec la région naturelle. La région homogène peut être également la région historique construite autour d'un long passé vécu en commun par une collectivité occupant un territoire. La spécificité de ces anciennes unités historiques n'a pas disparu et est conservée dans les patrimoines régionaux ou dans certaines manifestations (ex : calvaires et fêtes bretons).

~ Aux origines de la région homogène : la région naturelle

Les critères peuvent être hydrologiques ou géologiques. Selon la théorie de Philippe Buache, les montagnes sont riches en sources, elles se situent donc à l'amont des cours d'eau. Aussi peut on en déduire la localisation des bassins hydrographiques.
Il faut insister sur le rôle des géologues dans l'intervention de la région naturelle.


~ L'école française et la région
Vidal de La Blache fonde en partie la géographie moderne sur la « synthèse régionale ». Les divisions naturelles qui s'offrent le plus naturellement à la perceptions ont les « pays » souvent dotés de dénominations connues des habitants.
Vidal et ses successeurs montrent que les données naturelles ne suffisent pas à définir l'homogénéité de la région qui s'explique également par des facteurs humains et des facteurs historiques.
Ce qui importe ce n'est dont plus tant de définir le contenu et les limites de la région, mais de voir qu'elle est organisée autour d'un centre. On passe ainsi à la notion de région fonctionnelle ou polarisée.

La région fonctionnelle ou polarisée

La région fonctionnelle renvoi à un espace organisé par un système de relations plus ou moins visibles.
L'espace régional est considéré comme le champ d'action de flux de tous ordres à partir d'un centre qui commande et lui donne son existence. La région polarisée se définit par la combinaison de trois notions :

  • celle de pôle, cad un lieu nodal d'où partent les flux ou vers lesquels ils convergent
  • celle de résau, cad un ens. des lieux hiérarchisés et interdépendants
  • celle de champ, ou d'aire d'influence, cad une portion d'espace liée à un pôle par des flux

Il est important de noter que ces notions reposent avant tout sur des critères éco.

La région fonctionnelle et l'aménagement du territoire en France


L'aire ou la zone d'influence correspond à l'aire des services rendus par une ville à la pop alentour. Selon la loi de Reilly, les flux entre deux villes sont proportionnels au carré de leur distance. Cela signifie que plus une ville est gde, plus les flux de relations avec d'autres villes sont importants et que, plus les villes sont lointaines, plus les flux sont faibles.
La notion de zone d'influence à son corollaire : celui d'espace polarisé. Les plus gdes villes polarisent leur espace parce qu'elles sont à la tête de la hiérarchie urbaine de leur région. L'attention portée à des notions de métropoles d'équilibre, de réseau urbain, démontre que le concept de polarisation imprègnent les pol des années 1960-1970. On a ainsi défini huit métropoles d'équilibre.

~ La région fonctionnelle dans le cadre d'une éco mondialisée

Comme nous l'avons dit précédemment, la région fonctionnelle est défnie par des critères essentiellement éco. L'élargissement des échanges, l'interpénétration des marchés et leur mondialisation discréditent l'image d'une éco strictement régionalisée. Ainsi, la mondialisation et le processus de métropolisation qui l'accompagne remettent en cause les découpages traditionnels du territoire.
La notion de région doit être désormais dans le contexte de la mondialisation.

La région officielle

~ Le découpage régional français

La région administrative relève avant tout d'une décision pol. En définition des régions officielles, le pouvoir devient l'architecte de la région. Au final, le décret du 30 Juin 1955 crée « 22 régions de programme ». Les attributions de la région ne sont véritablement précisées qu'en 1982. Les principales dispositions de ces lois dites de décentralisation sont le transfert de l'exécutif régional au président du conseil régional élu au suffrage universel. La loi définit ainsi une nouvelle collectivité territoriale.
La région fçse s'est faite par rassemblement de départements.

~ La place des régions officielles en Europe

Si d'un côté la région reste un acteur périphérique, dans la mesure où les Etats sont à l'origine des impulsions et des décisions majeures et où ils engagent les crédits, d'un autre côté, la pol régionale de l'Union Européenne à travers le FEDER prend de plus en plus le pas sur les pol nationales. Aujourd'hui, les régions se placent en position d'interface dans un système articulé entre des acteurs de niveau supérieur (UE, Etat, entreprises) et des acteurs de niveau inférieur (le bassin d'emploi, les collectivités locales).
Mais la région manque surtout de lisibilité. L'échelle régionale n'a pas la même signification selon les pays.
Ailleurs en Europe, le terme de région peut-être diversement interprété et recouvrir trois types de significations : la régionalisation sans création d'un échelon régional, la décentralisation régionale et la régionalisation pol.

~ L'Eurorégion

Une « Eurorégion » se caractérise en premier lieu par une certaine superficie, donc une pop numériquement importante animant des actés nbses, variées, performantes. Il s'agit en outre de rapprochements transfrontaliers qui reposent sur des initiatives émanant principalement des pôles métropolitains régionaux, ces villes prétendant au titre d'Eurocités.
Eurorégion : ce qui importe c'est la dynamique à l'origine des coopérations. Elle engendre une compétition accrue entre les territoires, eux-mêmes sous l'influence d'une multitude d'acteurs et de moyens d'intervention divers.

La région, espace vécu

La région est aussi un espace vécu particulier. Etudier un espace régional, c'est donc saisir une dynamique autant qu'un état.

Chapitre 8 : LE PAYSAGE

→ Qu'est-ce qu'un paysage en géographie ? Le paysage relève-t-il de l'objectif ou du subjectif ?
La géographie est-elle une « sci. du paysage » ?
Quelle est la différence entre paysages, milieu et environnement ?
→ Existe-t-il des paysages « naturels » ?


On assimile svt le paysage à l'environnement voire à la nature dans son ens., qui sont pourtant des notions bien distinctes. De plus est souvent associée à la notion de paysage, l'idée d'un paysage doit être nécessairement beau sans que l'on puisse toutefois préciser les critères d'une telle beauté.

Qu'est-ce qu'un paysage ?

~ L'invention des paysages

Le mot paysage apparaît en fçs au milieu du XVI ème siècle avec le sens « d'étendue d'un pays qui s'offre au regard ». La paysage n'existe donc que s'il est vu par un observateur.
L'invention d'un paysage ne peut par conséquent ne peut se comprendre indépendamment du contexte sociétal dans lequel elle s'inscrit.

~ Le paysage comme représentation ou comme production

Si la première déf de paysage est une def esthétique, quel contenu donner au paysage géographique ? La théorie de l'artialisation met en évidence l'importance des représentations. Le géographe ne peut donc se contenter de décrire ce qu'il voit mais analyse également les différentes perceptions et discours. La paysage n'est donc pas seulement représentation, il est également production matérielle des sctés.
La paysage agricole est un bon exemple de ce processus de production. Il est défini à partir des actés de prod primaires (cultures, élevages, sylviculture).
Au total, la géo étudie le paysage au croisement de deux démarches : une démarche qui privilégie l'interprétation effectuée par l'observateur, le sujet, qui réalise sa propre construction du paysage, une démarche qui insiste plutôt sur le paysage comme objet matériel produit par des aménagements humains.

~ « Beau paysage » et « paysage naturel »

Tout d'abord, le paysage évoque pour de nbses personnes, la nature, et par extension, le rural. La notion de paysage urbain est ainsi récente et renvoi la plupart du temps aux espaces verts à l'intérieur de la ville.
D'auncuns mettent avant la référence au patrimoine artistique d'une scté. Peinture et littérature guideraient notre perception du beau paysage. Pour certains auteurs, notre conception du « beau » paysage nous serait également dictée par les médias et la publicité qui influeraient sur notre sensibilité esthétique. Tout paysage porte en lui une valeur machande.

Le paysage, objet central de la géo

~ Géo et analyse des paysages

La paysage occupe une place centrale dans la discipline géographique jusque dans les années 1960.
Plus généralement, dans la géo classique, l'étude des paysages permettait de définir une démarche, un « esprit » géographique.
Tout d'abord, le regard doit se faire analytique et distinguer les différents éléments particuliers, naturels et humains, qui composent un paysage donné. Dans un second temps, le regard doit parvenir à effectuer une synthèse de l'ens. du paysage. La conjonction de la dissociation et de la combinaison permet seule de saisir « l'originalité » ou « la personnalité » du paysage.

~ Critique du paysage

Le thème du paysage n'a pas unanimement rassembler les géographes. Bcp en ont montré les limites. A partir des 60', il apparaît comme une illusion trompeuse qui ne permet pas d'expliquer les causes profondes de l'espace géo.
La critique du paysage s'effectue alors à trois niveaux :

  • elle est d'abord d'ordre spatial
  • elle ensuite d'ordre épistémologique. La paysage qui n'est qu'un regard particulier porté sur un fragment de réalité géographique ne peut dans cette perspective être un objet d'analyse de la géo
  • elle est enfin d'ordre méthodologique



~ Réhabilitation du paysage

La paysage, élément central du « géosystème » permet de redonner une vision globale à une géo phys jusque là très éclatée. L'étude du paysage ne se borne pas à la description de la couverture végétale, mais prend en compte toutes les données du milieu naturel et humain.
La géo culturelle redécouvre également le paysage en analysant les valeurs positives et négatives qui lui sont attachées afin de montrer les liens existants entre cet ordre valeur et la réalité matérielle. Le paysage ne se réduit donc pas à la perception.

Les dimensions du paysage

La paysage est à la fois cadre de vie, patrimoine, ressource, valeur identitaire. Aujourd'hui, l'analyse paysagère n'a plus seulement un intérêt descriptif et historique, elle devient également diagnostic et sert de base aux pol d'aménagement du territoire.

~ Le paysage comme patrimoine


Il est le reflet de choix de sctés, de modes d'aménagements particuliers, de possibilités éco. La changement est forcément synonyme de dégradation : elle porte en germe le risque d'un fixisme qui figerait les paysages alors même que le regard porté sur ces derniers évolue constamment.

~ Le paysage comme ressource

La dimension patrimoniale du paysage entre parfois en contradiction avec la ressource éco qu'il peut constituer. Si l'on prend l'exemple du tourisme, on comprend comment l'acté éco peut détruire la ressource paysagère qui lui a donné naissance. 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 28 Oct - 21:04 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LS1 Index du Forum -> Fiches de lecture Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com