LS1 Index du Forum

LS1
Bienvenue dans un nouveau monde, un monde d'hypokhâgneux et de littérature, bienvenue en LS1 ...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les Jeux Olympiques (1896-1936)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LS1 Index du Forum -> Exposés -> Contemporaine
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Elisa


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2011
Messages: 3

MessagePosté le: Sam 5 Mai - 16:11 (2012)    Sujet du message: Les Jeux Olympiques (1896-1936) Répondre en citant

2ème partie de l'exposé


II- Les enjeux des JO autour des conflits : les jeux ont un rôle important pendant cette période de tension, un rôle que l'on a tendance à oublier




a) Les JO et l'aspect économique : pays organisateurs montrent leur puissance (image dans le monde, constructions...


De 1896 à 1932, l'aspect économique ne figure pas dans les JO, et surtout pas pour les athlètes qui doivent rester des sportifs amateurs pour résister aux progrès récents et menaçants du professionnalisme sportif. Il existe 2 règles d'or de l'amateurisme (d'origine anglaise) qui sont :
  • les athlètes ne doivent jamais recevoir d'argent (seulement des médailles, assiettes, porte feuilles) ce qui leur permettent de concourir pour la beauté du sport (dans un esprit patriotique.)
  • les athlètes ne doivent pas concourir avec des professionnels

Si le sportif amateur ne respecte pas ces règles, il perd son honneur, sa gloire son exemplarité et la reconnaissance de ses pairs). Seuls les épreuves d'escrime sont ouvertes aux professionnels car il s'agit d'un sport d'arme et il est donc important de savoir les maitriser. Coubertin lutte donc contre un aspect lucratif des jeux, par exemple il s'oppose fermement au développement des paris sportifs.
En ce qui concerne les pays d'hôte, au départ, ils ne recherchent pas à produire de gains économique, ils gagnent seulement en respectabilité et s'inscrivent (s'ils ne le sont pas déjà) au coeur des relations internationales. Les 1er à mettre véritablement en place un but lucratif à travers les jeux sont les États Unis que la crise de 1929 ne semble pas refroidir. En effet, les entreprises américaines comprennent vite le potentiel commercial des olympiades, et aux JO de Los Angeles en 1932 est installé un néon géant signalant les Jeux qui sont construit pas la Standard Oil (entreprise de pétrole), il y a des bouteilles de coca-cola qui sont distribués dans les stades, on trouve des campagnes publicitaires pour les céréales Kellog's par exemple.
Aussi, on peut remarquer que très souvent les pays qui organisent les jeux sont ceux qui raflent la majorité des prix. Voilà une carte interactive qui montre la répartition les médailles dans le temps, qui illustre bien cette idée: http://www.nytimes.com/interactive/2008/08/04/sports/olympics/20080804_MEDA… ). Les jeux leur permettent seulement de montrer leur puissance à l'échelle internationale, notamment à travers l'architecture et les constructions ou rénovations de certains stades ou gymnases qui présentent tout de même un investissement. Exemple du stade panathénaïque, construit vers -330 avant JC, ce stade accueillait les Panathénées durant l'Antiquité. En forme de fer à cheval, les tribunes de l'enceinte sont presque entièrement recouvertes de marbre. Sa capacité d'accueil est de 70 000 places dont 50 000 assises (grandiose pour l'époque car il y a peu de spectateurs au départ). Ce stade est donc rénové à l'occasion de l'ouverture de ces jeux modernes à Athènes par l'architecte grec Anastásios Metaxás. Le stade panathénaïque accueille les épreuves d'athlétisme, de gymnastique, de lutte et d'haltérophilie.














Aussi, l'architecture sportive a une efficacité symboliste , et peut s'avérer une sorte de propagande visuelle (d'autant plus qu'elle s'impose au public). L'exemple de l'architecture des JO de 1936 à Berlin reflète bien l'idéologie nazie, car elle impressionne par son immensité. Le monumental Stade olympique de Berlin a une capacité de 100 000 places et est construit par l'architecte Werner March. (l'étude de l'architecture en histoire= historio-graphique).


















Si l'aspect éco est séparé des jeux, ce n'est pas le cas pour le nationalisme.






b) nationalisme : fierté, héros nationaux...


Définition du nationalisme : doctrine qui affirme la souveraineté et la prédominance d'une nation.
On remarque une montée importante des nationalismes qui est probablement due aux tensions palpables entre certains États
La notion de fair-play est importante dans ces JO modernes, cependant, il existe une contradiction entre l'idéal universaliste et pacifique de Coubertin, et la manière dont les États envisagent de participer à ces jeux. Par exemple, dès les premier JO modernes à Athènes, en 1896, les États-Unis font preuve de chauvinisme, c'est-à-dire de patriotisme sans borne, après avoir obtenus de nombreuses victoires en athlétisme.
Les sportifs qui participent aux JO concourent au nom des nations qui les ont envoyés et qui voient à travers cet événement sportif, un moyen de se mettre en avant et de célébrer la grandeur, voire la domination de leur pays, grâce à des victoires sportives. En effet, les athlètes sont utilisés par les nations car ils produisent une forte hégémonie, bien qu'ils ne soient plus comparés à des demi-dieux, comme ils l'étaient dans les jeux de l'Antiquité. Les performances des athlètes sont admirées, c'est même plus que leurs performances, ce sont les athlètes en personne qui font figure de modèles nationaux, qui sont idôlatrés par leur patrie, on parle de « culte du héros ». Leur exemplarité semble importante, car elle montre au peuple l'importance de la condition physique, idée que l'on peut relier à la préparation d'une guerre ou à la motivation de participer au service militaire.
Voici certains « héros nationaux » qui ont marqué leur époque :
  • le grec Spyrídon Loúis, vainqueur du marathon
    aux Jeux d'Athènes en 1896, son nom laisse
    d'ailleurs une expression toujours utilisée en Grèce,
    qui est « courir comme un Louis »







-Johnny Weissmuller, qui est d'origine austro-
hongroise mais naturalisé Américain (car il
falsifie ses papiers et s’octroie la nationalité
américaine qui lui est officiellement reconnue à
la suite de ses grandes performances sportives).
Il est le 1er nageur à être descendu en dessous de
la minute au 100m nage libre en 1924 (record
actuel 47sec). Pour l'anecdote il incarne
le rôle de Tarzan dans les années 1930.






-le coureur à pied finlandais Paavo Nurmi,
est le détenteur de 5 médailles d'or (1924),
ce qui est une performance impressionnante










  • français et breton Philippe Cattiau,
    qui reste jusqu'à aujourd'hui le sportif français
    le plus médaillé aux JO, avec 8 médailles au
    total dont 3 médailles d'or.







  • le célèbre sprinter noir américain Jesse Owens, est
    à la fois le héros des jeux de Berlin de 1936 et le
    héros de sa Nation, en obtenant 4 titres.
    C'est un personnage important des JO
    de Berlin (précisions dans la partie de Justine)





Le sportif est respecté et valorisé. D'un côté, il y a la volonté individuelle, liée à l'idée du mérite et d'un autre côté on trouve une valorisation d'une éthique du sportif, qui ne doit pas se comporter comme un sauvage pendant la compétition, d'où cette formule de Coubertin qui semble primordiale : « l'essentiel c'est de participer ».
Des JO de Paris en 1924 aux JO de Berlin en 1936, les jeux entrent dans l'ère de masse, grâce notamment à des stades de grandes tailles équipés de haut-parleurs, à une presse sportive très internationalisée et à la radio. Il n'y a pas que les États en tant qu'entité politique qui veulent être fiers des athlètes qui les représentent. En effet, les foules qui se déplacent présentent aussi un sentiment patriotique de plus en plus fort, d'autant plus avec la montée des tensions avant que n'éclatent la 1ère, puis la 2nde GM.


Le sentiment nationaliste conduit donc les États à se défier les uns par rapport aux autres, soit tout le contraire de ce qu'avait prévu Coubertin. Les JO semblent prendre un tout autre tournant.








c) Politique d'exclusion, transformation du sport en enjeux politiques, règlements de compte...




Au départ, Pierre de Coubertin instaure les JO moderne pour établir un pacifisme libéral, le sport serait alors une moyen de faire régner une paix internationale entre les peuples en favorisant un certains nombre de valeurs individuelles et collectives. Les JO sont un projet qui vise à endiguer la guerre, à nouer des relations entre les individus, leur permettant de dépasser leurs motifs de conflits, de mieux se connaître.
Cependant, les Jeux reflètent plus un règlement de compte qu'une volonté de pacifisme : par ex, le journaliste français Charles Maurras (nationaliste intégral) évoque dans quotidien Le soleil (quotidien monarchiste), évoque dans un article qu'il faut mettre un terme à ce déclin de la nation française (qui a gagné moins de médaille que l'Allemagne aux Jeux de 1896), en changeant de régime politique et en préparant les jeunes générations à une revanche possible contre le voisin d'Outre-Rhin. Aux JO de Paris en 1900, a lieu un match de rugby opposant la France et l'Allemagne, ayant failli être interdit de peur qu'il ne crée d'autre tension entre ces deux pays, liée à la guerre franco-prussienne où l'armée française a du capituler en 1870. Le 1er conflit d'importance se situe en 1890 : France contre l'Allemagne, menée par Bismarck . Finalement, le match a lieu et la France le remporta haut la main (27 à 16), sous la forme d'une revanche et d'un règlement de compte.
Concernant les jeux de Stockholm de 1912, ils sont un véritable succès, malgré les tensions déjà palpables entre certaines Nations. En effet, ils se déroulent en dehors d'une exposition commerciale et pour la 1ère fois on trouve des pays venant des 5 continents même si le nombre de pays participants restent majoritaire en Europe (20 pays en Europe, contre 3 aux Etats Unis, 2 en Asie, 2 en Afrique). C'est pourquoi Coubertin propose d'illustrer l'universalisme et le pacifisme olympique qu'il revendique à travers un drapeau blanc, couleur de la paix, sur lequel sont représentés 5 anneaux colorés et entrelacés qui font référence aux 5 continents. On peut d’ailleurs voir l'évolution des pays participants aux JO à travers cette comparaison de carte :






























Les prochains jeux doivent se dérouler à Berlin mais dès 1913 se ressent une crainte que ces Jeux ne suscitent un choc des nationalismes sportifs. L'Europe est de plus en plus divisée politiquement et on peut dès lors craindre qu'un embrasement ne débouche sur un conflit plus global. Lors du déclenchement de la première GM en 1914, l'organisation des jeux prévus à Berlin continue, on pense alors que la guerre sera courte. Le stade olympique de Berlin est déjà construit et terminé en 1913, mais le CIO décide peu après d'annuler les Jeux, car la situation est devenue trop tendue et les jeux risqueraient de dégénérer. Après la 1ère GM, Coubertin propose d'établir une « olympiade de guerre », celle d'Anvers en 1920, qui exclut l'Allemagne et ses satellites (comme l'Autriche) de la fête olympique, qui font leur retour aux JO en 1928 seulement à Amsterdam.
La Grande Guerre renforce le nationalisme, qui est déjà présent. Coubertin, étant trop vieux, il ne participe pas à la 1ère GM en tant que soldat, mais est chargé de la formation morale des jeunes Français, et il effectue en 1915 un tour de France des lycées où il associe l'idée d'un bon sportif avec celle d'un soldat résistant et courageux. En contribuant à la propagande nationale de la France, il provoque la montée du patriotisme, un peu contre son gré. (il signe un appel aux jeunes Français qu'il intitule « Décalogue »).


Finalement, les JO constituent un échec dans la tentative d'associer les États car ils leur permettent juste de déplacer leurs conflits.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 5 Mai - 16:11 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Berthe


Hors ligne

Inscrit le: 10 Mar 2012
Messages: 1

MessagePosté le: Dim 6 Mai - 17:10 (2012)    Sujet du message: Les Jeux Olympiques (1896-1936) Répondre en citant

Voici la première partie de l'exposé des J.O

http://www.sendspace.com/file/khwbyu


Revenir en haut
Elisa


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2011
Messages: 3

MessagePosté le: Lun 7 Mai - 13:13 (2012)    Sujet du message: Les Jeux Olympiques (1896-1936) Répondre en citant

(les photos n'ont pas marché pour ma partie...)

Revenir en haut
Justine Gloaguen


Hors ligne

Inscrit le: 27 Déc 2011
Messages: 1
Localisation: Brest

MessagePosté le: Mar 8 Mai - 16:12 (2012)    Sujet du message: Les Jeux Olympiques (1896-1936) Répondre en citant

IIIème partie  III - La " face cache " des Jeux 


1) Un reflet de la société :


Coubertin, un personnage à plusieurs facettes :


En référence à la première partie de Manon, Coubertin est souvent décrit comme un humaniste qui a véhiculé l'idée d'une éthique du sport. Cependant, certaines recherches historiques pointe un autre aspect de sa personnalité qui peut s'expliquer et non s'excuser par les modes de pensée de son époque. En effet, l'idéal olympique de Coubertin a pu être décrit comme l'apologie de la force virile, ce qui rentre en écho avec la société patriarcale de cette époque. De plus, le lien que Coubertin établit entre éducation du corps et éducation de l'esprit résonne de manière particulière ( amplifiée )  dans le " programme d'épuration morale " dans l'idéologie nazie de la " race saine " . Enfin, nous pouvons souligner que Coubertin dans le cadre de l'organisation des jeux de Berlin en 1936 entretenait une correspondance avec Hitler où il lui témoignait son admiration pour l'organisation extraordinaire des Jeux. Cependant cette correspondance est à relativiser par rapport à la position de Coubertin dans le CIO et la possible nécessité pour lui d'entretenir une bonne relation avec le pays organisateurs des jeux. Néanmoins, Coubertin reçut une aide financière du Reich de 100 000 reichmarks pour avoir remit le sport au centre de la vie publique.


Un climat raciste et antisémite en Europe :


Tout d'abord, un antisémitisme important existait en Europe à la fin du XIXème sicle et durant le début du XXème siècle, en témoigne par exemple l'affaire Dreyfus en France à la fin du XIXème sicle, ou encore d'une façon plus extrême les lois de Nuremberg établis durant le 7ème congrès annuel du parti nazi le 15 septembre 1935 ( loi sur le drapeau du Reich, sur la citoyenneté allemande, et sur la protection du sang allemand et de l'honneur allemand ). Ces lois poussent à leur paroxysme la stigmatisation des juifs en Europe. Ensuite, l'idéologie raciste était très présente dans les mentalités de l'époque. Par exemple en 1904 durant les jeux de St Louis aux Etats-Unis était organisée une journée anthropologique ( anthropologic day ) dans le cadre de l'exposition universelle où des "primitifs" s'affrontaient dans des compétitions sportives dont ils ne connaissaient pas les règles pour prouver leur infériorité. De plus, aux Etats-Unis la loi Jim Crow légitimée en 1896 par la cours suprême américaine établit la ségrégation raciale entre les Blancs et les Afro-américains et met en application cette tristement célèbre citation : " seperate but equal " (séparé mais égaux ).


Le statut des femmes :
A la fin du XIXème et au début du XXème siècle, les femmes n'étaient pas indépendantes et elles ne disposaient pas de tous les droits sur leurs corps.
 Quelques dates sur le droit des femmes en France : 1907 une femme qui travaille peut disposer de son salaire mais pas de ses autres bien ; 1915 les femmes dont le mari est absent sont placées sous l'autorité de leurs pères pendant la guerre ; 1920 la contraception et l'avortement deviennent des délits pénaux ; 1942 l'avortement est considéré comme un crime contre l'Etat et est passible de peine de mort.
Dans ces conditions le sport au féminin apparaît difficile. Il est plus considéré comme un exercice du corps masculin, les femmes sont en effet considérées comme faible et leurs corps doit être préservé dans l'optique de leur future maternité. Les sports que peuvent pratiquer les femmes sont plutôt réservés à une élite : équitation, natation, tennis,escrime, tir à l'arc. Pour les Jeux Olympiques, les premiers en 1896 leurs était interdit. Coubertin dira même que la participation des femmes " constitue un affront majeur à la grandeur et à la pureté de cette compétition. "
Cependant, les Jeux s'ouvre au fur et à mesure aux femmes et aux Jeux d'Amsterdam en 1928 elles peuvent même se présenter à l'athlétisme. 290 athlètes féminins participent alors à ces Jeux.


2) Idéologie du Sport sous le nazisme :


Sous le régime nazi en Allemagne, le sport est au coeur de l'éducation. Il est instrumentalisé pour façonner le corps de l'homme nouveau et influer sur son esprit. Le sport sous le nazisme représente l'apologie de la force guerrière et est fortement lié à la militarisation de la société. De plus il permet de servir l'idéologie de le " race saine " et de la renforcer. Enfin, dans le cadre de compétition internationale, l'athlète représente l'Etat, ce qui excite les nationalisme et permet de mettre en avant l'idéologie de la supériorité de la race aryenne. 


3)  Le déroulement des Jeux  de Berlin en 1936 :


Tout d'abord, l'attribution des jeux à l'Allemagne a eut lieu en 1931 alors que la République de Weimar était toujours en place, les nazis sont arrivés au pouvoir qu'en 1933. Cependant, l'organisation des jeux a été une réelle occasion pour le régime pour se mettre en valeur à l'international et défendre l'idéologie de la supériorité de la race aryenne. Dans l'organisation de ces jeux, l'innovation technologique s'est mis au service de la propagande. Ce sont en effet les premiers jeux filmés ( le film " Les dieux du stade " de Riefensthal ) et diffusés à la télévision, ce qui participa à leur impact mondial. Les deux organisateurs principaux de ces jeux sont Theodor Lewald ( 1860 -1947 président du Comité d'Organisation des Jeux Olympiques de Berlin en 1936, président du comité du reich pour l'entrainement physique et du comité olympique allemand, c'était un ami de Coubertin ) et Carl Diem ( 1882-1962 secrétaire du comité d'organisation des jeux olympiques de Berlin en 1936, à l'origine de l'idée du relais de la flamme ). 
La cérémonie d'ouverture de ces jeux se déroula le 1er aout 1936 au stade olympique de Berlin devant 100 000 personnes. C'est la première fois que le relais de la flamme fût organisé de Olympie jusqu'à la ville organisatrice ( le dernier relayeur était le sportif Fritzschligen ).
La thèse de la supériorité de la race blanche passa par un stigmatisation des juifs au sein de l'équipe allemande. Par exemple certains athlètes juifs tel que le Dr Penn ( grand joueur de tennis allemand ) furent exclus de l'équipe nationale. Dès lors des campagnes de dénonciation et de boycott s'organisèrent notamment aux Etats-Unis mais aussi en France à travers la voix de Léon Blum alors pésident de la République sous le front populaire. Des jeux parallèles furent organisés  à Barcelone mais ils furent arrêté avant leur ouverture à la suite du début de la guerre d'Espagne. 
Néanmoins, la thèse de la supériorité de la race blanche se heurta au héros de ces jeux de 1936 : Jesse Owens, le premier homme noir victorieux aux épreuves de vitesse en athlétisme ( 100m, 200m et 4fois 100m ) et de saut en longueur.


Ces Jeux de 1936 s'inscrivent donc dans un héritage culturel raciste et patriarcal, ils ont choqué et sucité l'admiration par le faste déployé, mais ils ont avant tout servis la propagande du régime nazi.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:03 (2017)    Sujet du message: Les Jeux Olympiques (1896-1936)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LS1 Index du Forum -> Exposés -> Contemporaine Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com