LS1 Index du Forum

LS1
Bienvenue dans un nouveau monde, un monde d'hypokhâgneux et de littérature, bienvenue en LS1 ...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La jeunesse dans la révolution égyptienne

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LS1 Index du Forum -> Exposés
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Loïck


Hors ligne

Inscrit le: 04 Nov 2011
Messages: 3
Localisation: brest

MessagePosté le: Sam 18 Fév - 12:22 (2012)    Sujet du message: La jeunesse dans la révolution égyptienne Répondre en citant


La jeunesse dans les Révolutions Arabes : le cas égyptien. (par Assia Boutaleb) 
I-                   On ne parle pas d’une jeunesse mais de jeunesses

Il existe différentes classes, différentes régions qui entrainent de grandes disparités au sein du groupe « jeune » (les 15-29 ans). En Egypte, ils représentent  66% de la population. Le taux de scolarisation est croissant (il a aujourd’hui atteint 61% des jeunes) mais pourtant d’énormes difficultés d’accès à l’emploi touche les jeunes, ainsi pour l’Egypte le chômage touche 83% des 20-24 ans !

De plus un homme est considéré comme jeune jusqu’au mariage or sans argent il n’y a pas de mariage. On observe ainsi l’explosion du nombre de « mineurs » sociaux, l’âge adulte est repoussé. On trouve ainsi des citoyens de 35 ou 40 ans qui n’ont pas plus de droit que des enfants ! Ce phénomène des mineurs sociaux a des répercutions sur le paysage politique puisque les 15-29 ans sont mêler aux citoyens mineurs plus vieux. La jeunesse est très peu représentée => gérontocratie.

II-                Une économie tournée vers la jeunesse ?

Depuis une dizaine d’années, le gouvernement Moubarak voulait ériger la jeunesse en moteur de l’économie national. Pourtant les événements  de la place Tahrir et la révolution égyptienne qui s’en est suivit indique clairement que la politique d’Hosni Moubarak n’a pas fonctionnée. Des efforts avait étaient consentis à l’époque pour les jeunes égyptiens : accès libre à internet (ère du numérique) véritable exutoire pour les jeunes (créations de nombreux blogs qui ont permis de faire circuler vidéos et photos des répressions), via ces blogs on retrouve dès 2004 des groupes de jeunes (groupe du 6 avril par exemple) qui s’oppose au gouvernement => remise en cause du système de pouvoir héréditaire, dénonciations de plusieurs scandales financier, critique de la vie trop chère, des problèmes sociaux mais aussi de la prédominance des hommes d’affaires dans la politique du pays (affairisme). Malgré cette volonté de tourner l’économie vers les jeunes, rien ne changent et des réseaux d’oppositions s’organisent.

III-              La génération Facebook ?

Il faut rappeler qu’une faible partie des jeunes possèdent un compte Facebook, son importance est donc à relativiser. Il a certainement permit d’organiser des manifestations, de faire circuler des informations mais les blogs ont certainement eut un impact plus important sur la Révolution égyptienne. Les médias ont fait de Facebook le « héros » du printemps arabe cependant comme nous l’avons vu précédemment la jeunesse ne s’est pas réveiller en 2011.

IV-             Revendications révolutionnaires et difficultés de la transition

En plus des différentes dénonciations énoncées plus haut, les jeunes ont une grande méfiance  des partis traditionnels. En effet, sous Moubarak il existait un pluralisme limité : d’autres partis que celui au pouvoir étaient autorisés mais ils devaient faire « allégeance » au gouvernement. Il n’existait donc pas d’opposition, les autres partis n’étant que des vassaux d’Hosni Moubarak. La principale revendication des manifestants de la place Tahrir est donc une quête de morale politique. Cette idée fédère bien au-delà de la jeunesse mais pourtant après la chute du gouvernement de gros problème de transition survienne et aujourd’hui encore cristallise la situation politique. Même si les frères musulmans ont gagnés les premières élections libres égyptiennes des problèmes demeurent. Ce gouvernement est un fois de plus une gérontocratie (dirigé par des personnes de 60 ans où plus). Les plus jeunes membres des  frères musulmans étaient présent dès le début des manifestations or les anciens eux n’ont pas manifestés : un nouveau décalage générationnel ?

 



Aujourd’hui l’état d’urgence n’est toujours pas levé et les jeunes continus la révolution car les militaires gardent une place très importantes dans la vie quotidienne. De plus une impression de rejet traverse une nouvelle fois ce groupe qui veut être acteur de la vie politique. Ainsi en cette période de transition des « nouvelles règles du jeu » sont à déffinir.

_________________
I'm an Armenian, so please, don't burn me !!!


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 18 Fév - 12:22 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LS1 Index du Forum -> Exposés Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com