LS1 Index du Forum

LS1
Bienvenue dans un nouveau monde, un monde d'hypokhâgneux et de littérature, bienvenue en LS1 ...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le Duché de Bourgogne

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LS1 Index du Forum -> Exposés
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pauline


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2011
Messages: 1
Localisation: Brest

MessagePosté le: Lun 6 Fév - 00:02 (2012)    Sujet du message: Le Duché de Bourgogne Répondre en citant

Exposé sur le duché de Bourgogne : Partie III. Bon courage à tous ceux qui prendront le temps d'y jeter un coup d’œil. Si vous avez des questions n'hésitez pas.
 

Le duché de Bourgogne

 
De 1363 à 1477, la famille des Ducs de Bourgogne a fait l’Histoire de France… En tous cas, y a largement contribué. En pleine guerre de Cent Ans, Philippe le Hardi, Jean Sans Peur, Philippe le Bon et Charles le Téméraire ont tour à tour joué de l’influence des anglais pour affermir leur autorité, augmenter leurs revenus et leurs terres. En outre, l’extraordinaire opposition que se livrèrent Armagnacs et Bourguignons a grandement contribué à l’affaiblissement du Royaume de France. C’est cette histoire, celle d’une dynastie de plus d’un siècle que nous allons vivre ensemble.
Ainsi, nous verrons que grâce à une habile stratégie d’alliances et d’accroissement territorial, le duché de Bourgogne est l’Etat le plus riche de l’Europe au XVe siècle et qu’il est donc en mesure d’influencer et déterminer les goûts. 


Sous le gouvernement de Philippe le Bon, le duché de Bourgogne s’étend jusqu’à inclure les pays flamands (Flandre, Artois, Brabant, Hainaut, Limbourg et au Nord Hollande et Zélande). Ce sont des territoires qui correspondent à la Belgique actuelle, et à des parties de la Hollande méridionales et de la France. La tradition Bourguignonne se fond ainsi avec l’art flamand, grâce à l’équilibre entre rayonnement d’une cour raffinée et autonomie des villes marchandes.
L’art est une expression luxueuse et raffinée du pouvoir, où se reflètent les modèles chevaleresques de la vie de cour.

 
1°) Les tapisseries
La tapisserie était le type d’œuvre d’art décoratif le plus coûteux à l’époque. Les ducs de Bourgogne possédaient une magnifique collection de tapisseries : ils appréciaient l’utilité et la maniabilité de ces décors qui de plus témoignent avec éclat de leur richesse : les tentures étaient entretenues par des valets spécialisés et suivaient les ducs au cours de leurs déplacements continuels dans leurs fiefs ou pendant leurs campagnes militaires. Les tapisseries avaient un langage symbolique et celles du genre « mille-fleurs » étaient très appréciées.
Plusieurs des tapisseries à sujets profanes qui ont été conservées retracent les exploits de héros antiques tels qu’Alexandre le Grand et Jules César. Ces héros étaient pris en exemple par les ducs de Bourgogne et par leurs courtisans car ils représentent le courage.
Une hypothèse récente voudrait que les quatre tapisseries racontant en huit tableaux l’histoire de César aient été commandées entre 1465 et 1470 par Charles le Téméraire à un atelier de Tournai.
De plus, « Les Faicts des Romains » étaient une des lectures favorites de Charles le Téméraire, qui n’était pas loin de se considérer comme le Jules César du XVe siècle. Les Faits des Romains, c’est une œuvre médiévale en prose, écrite en ancien français, composée en Île-de-France au début du XIIIe siècle, vers 1213-1214, qui raconte la vie de César.
C’est une compilation d’après les œuvres de quatre écrivains latins : César lui-même, Lucain, Suétone et Salluste. C’est la première biographie entièrement consacrée au chef romain en langue vernaculaire ; ce texte historique fait aussi appel à des procédés empruntés au roman ou à la chanson de geste.

 
TAPISSERIE CESAR
Tapisserie, laine et soie ;
 4.30 h. x 7.56 l. mètres
  Tournai
Vers 1465-1470
  Berne Historisches Museum  


TAPISSERIE DITE VERDURE
 
Cette tapisserie dite verdure est semée, sur un fond bleu foncé, de fleurs, de fruits et de feuillages multicolores stylisés et rassemblés et bouquets décoratifs. Au centre se détache le blason complet des ducs de Bourgogne, timbré d’un heaume d’or surmonté d’un bandeau torsadé de pourpre et de sable, le tout couronné d’un cimier fleurdelisé et entouré du collier de l’ordre de la Toison d’or. La partie inférieure a été amputée d’un tiers environ de son étendue originale.

 
  Laine, soie, fils d’or et d’argent ;
    3,06 h. x 6.87 l. mètres
   Bruxelles
  1466
  Berne, Historisches Museum


 
L’Ordre des chevalier de la toison d’or
En 1430, Philippe le Bon crée l’Ordre des chevaliers de la Toison d’Or à Bruges lors de son mariage avec Isabelle de Portugal. En créant cet Ordre, Philippe le Bon espérait préserver l’idéal de la chevalerie, non seulement dans son propre duché mais aussi dans tous les pays d’Europe. Politiquement, il s’agissait de maintenir et de défendre l’Église. Le collier de l’Ordre de la Toison d’Or était fort convoité et considéré comme un grand honneur faire partie de cet ordre.
Image : Jason conquiert la Toison d’or, miniature du livre « Le roman de Jason et Médée », (Paris, Bibliothèque nationale). Ce roman fut copié vers 1468 par David Aubert à la demande de Louis de Gruuthuse, lui-même un éminemment chevalier de la Toison d’or. Jean Lefèvre de Saint-Rémy fut le premier Héraut de la Toison d’or et probablement le maître d’œuvre de ce manuscrit qui compte parmi les plus prestigieux des armoriaux médiévaux.
Tout confrère de l’ordre de la Toison d’or devait être noble, courageux au combat et surtout il était indispensable aussi d’avoir été adoubé chevalier. La chevalerie était un fait de société extrêmement important à l’époque. Une conduite courageuse au combat devait être le fait de la noblesse : son rôle était de montrer l’exemple. Ainsi, les troupes ducales étaient commandées par l’élite de la noblesse, pour laquelle la bravoure était une qualité essentielle. Tout membre de la chevalerie avait le privilège de pouvoir adouber d’autres chevaliers, mais on usait peu de ce privilège pour que justement ça reste un privilège. On peut quand même relever que des proches du duc de Bourgogne, comme son cousin le comte d’Étampes et son fils bâtard, Antoine de Bourgogne, ne furent élus chevaliers de la Toison d’or qu’en 1456, au chapitre de La Haye. Ils avaient été tous deux adoubés chevaliers au moment de la fameuse révolte des Gantois en 1452.

L’art est une expression luxueuse et raffinée du pouvoir, où se reflètent les modèles chevaleresques de la vie de cour.
Chaque cour avait à son service des spécialistes de chaque type de production artistique. Le peintre officiel était le responsable de l’image du seigneur et du monde aristocratique raffiné qui l’entourait . Les tâches de ce peintre consistaient à exécuter les portraits du seigneur et des membres de sa cours, à réaliser des cycles de fresques dans les résidences les plus importantes, à peindre des retables ou d’autres tableaux destinés à mettre en valeur ou glorifier la famille régnante.
 

Exemples de peintres officiels :
Jean Malouel -> Philippe le Hardi
Jean Sans Peur -> Henri Bellechose

2°) Condition de l’artiste
Cependant le statut des artistes et plus particulièrement des peintres n’est pas le même qu’aujourd’hui. Beaucoup des œuvres du XVe siècle restent anonymes.
Le statue social du peintre ou du sculpteur reste celui d’un artisan spécialisé, comme le tailleur ou l’armurier, apprécié selon ses capacités manuelles et techniques, et non pas estimés en raison de la qualité poétique ou idéal de ses œuvres. C’est ce qui explique le calcul du paiement des œuvres en fonction du nombre de journées de travail. Toutefois, l’idée que l’artiste se fait de lui-même commence à changer au cours de la seconde moitié du siècle ( : il ne se sent plus définit par l’inscription à une organisation professionnelle ou par la simple appartenance à une tradition locale, et, ) et pour satisfaire une commande de plus en plus exigeante, il cherche à élaborer un style personnel qui le distingue de ses concurrents.

(Mais dans tout le Nord de l’Europe, même dans des villes en avance, comme Cologne et Nuremberg, l’artiste reste socialement un artisan. C’est seulement après le milieu du siècle que les artistes allemands commencent à s’émanciper de cette condition.)
 

Jan van Eyck
Jan Van Eyck acquiert vite l’envergure d’un artiste international : le rapide accroissement de sa renommée s’accompagne de la très large extension de l’influence de son style, centré sur le rendu analytique de la réalité, de la diffusion dans toute l’Europe de la technique de la peinture à l’huile.
L’œuvre centrale de la carrière de Jan Van Eyck est le grandiose Polyptyque de l’Adoration de l’Agneau mystique pour la cathédrale Saint Bavon de Gand, que son frère Hubert avait laissé inachevé.

 
L'agneau mystique
(Cf site pour voir l’œuvre. L'analyse vient aussi de ce site. http://www.cineclubdecaen.com/peinture/materiel/grandspeintres.htm)
Hubert et Jan Van Eyck, 1432
huile sur toile (350X 223 et 350X461)
Cathédrale de Saint-Bavon, Gand
à la demande de Jodocus Vijd, le bourgmestre de Gand et protecteur de l'église de St Jean et de sa femme, Elisabeth Borluut.
Fermé (350 x 223 cm)
Les panneaux du haut montrent l'Annonciation avec l'ange Gabriel et la Vierge Marie. Sur les panneaux du bas sont peints Jodocus Vyd, le donateur et de sa femme Isabelle Borluut se mettant à genoux de chaque côté de deux grisailles (figures peintes en gris pour ressembler à la statuaire) représentant St Jean Baptiste et St Jean l'Évangéliste.
 
Ouvert (350 x 461 cm)
Ouvert, il représente la communion des saints, qui sont "le nouveau ciel et la nouvelle terre", selon les mots de la Révélation de St Jean. Ainsi le panneau central de la rangée inférieure peint les saints symbolisant les huit Béatitudes réunies autour de l'autel où le sacrifice de l'Agneau a lieu, au centre du jardin céleste qu'il imprègne de Son sang.
De gauche à droite au premier plan deux cortèges se font face. L'un est composé des patriarches de l'Ancien Testament et des prophètes et l'autre des personnages du Nouveau Testament
Au milieu de la rangée supérieure est Dieu Tout-puissant, le Verbe, l'essence et l'origine de l'univers. Il est paré de rouge et est couronné avec un diadème magnifique. Sur sa gauche est Marie et sur sa droite, St Jean-Baptiste. Ces figures centrales sont entourées par les anges qui chantent ou jouent des instruments.
Aux extrémités droite et gauche de la composition sont peints Adam et Eve. Ils ont été peints par Van Eyck dans des niches trompe-l’œil. La lumière et l'ombre jouent délicatement sur leurs formes qui se détachent comme s'ils avaient été sculptés dans la niche. Le réalisme de ces figures d'Adam et Eve a vivement frappé les spectateurs contemporains.
 

L’artiste perfectionna la technique de la peinture à l’huile en ajoutant à celle-ci pour mieux lier et faire sécher plus rapidement ses couleurs un siccatif, procédé qui permettait la superposition des couches de peinture sur le support de bois enduit au préalable d’une couche de fond blanche et opaque. Ainsi, la peinture à l’huile acquit désormais une solidité et un brillant incomparables.


Rogier Van der Weyden confère à ses œuvres un ton humain et émouvant, capable de traduire une vaste gamme de sentiments, toujours retenus dans les limites d’une dignité mesurée.
 
 
L’artiste, dont le vrai nom est Rogier de La Pasture, se forme à Tournai, sa ville natale, dans l’atelier florissant de Robert Campin. Célèbre de son vivant il est ensuite tombé dans un oubli quasi-total. C’est en recourant aux archives que l’on a pu établir sa biographie et dresser le catalogue de ses œuvres, dont aucune n’est signée.
Sans jamais avoir été peintre officiel de la cour de Philippe le Bon, il commence après 1441 à répondre à de nombreuses commandes de l'entourage du duc. En effet, 1441 marque la disparition du peintre officiel du duc, Jan van Eyck.


Les portraits : Apports des artistes flamands
 
 
Le passage de la pose aristocratique de profil à la représentation plus naturelle de face ou de trois quart témoigne que l’homme prend une nouvelle conscience de soi et que les arts tendent vers l’imitation de la nature. Les maitres flamands introduisent la première modification d’importance dans l’art du portrait du XVe siècle. Ils représentent leurs personnages de ¾ et les détachent du fond pour leur conférer davantage de vie et de vraisemblance. Initialement, ils placent leur modèle devant un fond neutre, dans une attitude méditative ou en prière : il en résulte une plus grande vivacité, qui coïncide avec l’extension progressive de l’espace autour des figures, lequel devient un décors intérieur ou un paysage.

Deux portraits de Roger van der Weyden

 
Portrait Philippe le Bon au chaperon
Huile sur bois
0.325 h. x 0.224 l. mètres
Xve siècle
Fait à Bruges
Stedelijk Museum voor Schone Kunsten (Belgique)

Portrait de Jean sans peur.
Il est habillé en noir : deuil (mort de son père assassiné)

Sobriété et élégance
Collier de l’ordre de la toison d’or
1435 peintre officiel de la ville de Bruxelles


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 6 Fév - 00:02 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Camille BLEUNVEN


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2011
Messages: 29

MessagePosté le: Ven 10 Fév - 19:03 (2012)    Sujet du message: Le Duché de Bourgogne Répondre en citant

Merci pour le poste de l'exposé mais juste, c'est quoi le titre de ta partie Pauline ? Et est-ce que la partie qu'Alexis a posté y a la premiere et la deuxième partie ? 

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:54 (2017)    Sujet du message: Le Duché de Bourgogne

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LS1 Index du Forum -> Exposés Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com